• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

La Frappadingue, une autre façon de faire du sport

Dimanche 15 avril, ils étaient 1200 coureurs à participer à la Frappadingue aux Andelys. Au programme : obstacles et boue pour se dépasser en s'amusant. 

Par Julie Howlett

La Frappadingue faisait étape pour la première fois en Normandie ce dimanche 15 avril. Ambiance déjantée avec des concurrents parfois déguisés prêts à en découdre sur cette course à obstacles bien rodée qui existe depuis 8 ans.

Cet événement avait lieu une dizaine de jour après le procès du « No Limit Day ».  Dix mois de prison avec sursis avaient été requis contre l’organisateur de cette autre course d’obstacles qui s'était déroulée, en 2016, à Bois-Guillaume près de Rouen. Un participant y avait été victime d’un grave accident et est devenu tétraplégique.

La mairie des Andelys et ses services ont donc été très vigilants sur la sécurité et tous les obstacles du parcours avaient été vérifiés.

Depuis avril 2017 la discipline est affiliée à la fédération française d'athlétisme et soumise à un règlement officiel.

Se dépasser en s'amusant


La sécurité étant assurée, restait le dépassement de soi entre amis. 11,5 kilomètres de parcours et 600 mètres de dénivelé, parsemés d’embûches, de passages d’échelles, de filets à grimper, de tunnels à franchir, de boue ; le tout dans une ambiance joyeuse où règne la solidarité entre équipiers. Le plus important étant de terminer dans une joyeuse ambiance.

Le reportage de Bérangère Dunglas et Patrice Cornilly : 

Interviews de :
Frédéric Duché, maire des Andelys (DVD)
Robin Bourgois, association La Salicorne, organisatrice de la Frappadingue


La Frappadingue







itw organisateur

le plus rapide a effectué le parcours en 1h05, les plus lents en 3h30
mais l'essentiel est bien de s'amuser et de se dépasser

A lire aussi

Sur le même sujet

Le maire de Bourg-Achard décrit les dégâts

Les + Lus