Au Val de Reuil, des agressions sur des élus en mairie suscitent l'indignation

A Val de Reuil (27), la tension ne retombe pas. La mairie a été prise d'assaut par une trentaine de personnes ce samedi et une élue a été bousculée. La ligue de défense noire africaine avait appelé à un rassemblement, une semaine après une rixe qui avait suscité de nombreuses tensions dans la ville.
L'adjointe Fadilla Benamara, agressée alors qu'elle tente d'empêcher une intrusion dans une salle de la mairie
L'adjointe Fadilla Benamara, agressée alors qu'elle tente d'empêcher une intrusion dans une salle de la mairie © Marc Antoine Jamet

Une cérémonie de mariage se déroulait tranquillement ce samedi 11 septembre en mairie de Val de Reuil quand vers 15 heures, tout a basculé. Une trentaine de personnes a soudainement envahi l'hôtel de ville, bousculant brutalement au passage une élue municipale et enfarinant Marc Antoine Jamet qui officiait en tant que maire de la ville lors de 4 mariages. Un élu offusqué et scandalisé qui a aussitôt réagi sur les réseaux sociaux. 

 

 

Une adjointe blessée et choquée, un édifice endommagé 

La Ligue de Défense Noire Africaine avait en réalité appelé sur les réseaux sociaux à un rassemblement devant l'hôtel de ville, une semaine après une rixe entre deux bandes rivales de jeunes qui avaient déjà provoqué de nombreuses tensions dans la ville nouvelle.

 

© Capture photo de la page Facebook LDNA

 

Mais au lendemain de ce coup de force en mairie, les stigmates sont encore visibles sur place. Une porte de la mairie a été endommagée et Fadilla Benamara, l'élue bousculée, encore choquée, souffre d'hématomes. Dans la confusion générale, deux enfants avaient également été concernés, l'un a fait une crise de panique et un autre a été totalement effrayé. Pour la maire-adjointe, en première ligne, qui a tenté en vain d'empêcher toute intrusion dans la salle des mariages, c'est la colère qui prime désormais : "ce qu'ils ont fait est minable, et inacceptable !" . Une plainte va d'ailleurs être déposée. 

 

La réaction de Fadilla Benamara, au lendemain de son agression en mairie ©France 3 Normandie

 

Pour le maire PS, Marc Antoine Jamet, "c'est inconcevable "!

Quelques instants plus tard, à sa sortie de l'édifice, voulant protéger des mariés, Marc Antoine Jamet, a été également pris à partie à son tour et s'est fait enfariner par des manifestants plutôt agressifs.

 

 

Tous ces événements ont aussitôt fait réagir l'édile agréssé sur les réseaux sociaux et devant nos caméras ce dimanche matin en les qualifiant de scandaleux. 

"Une élue courageuse a été bousculée comme on ne peut pas l'être dans un lieu de la République, c'est inconcevable et insupportable ! " 

Marc Antoine Jamet, maire PS de Val de Reuil

 

 

La réaction indignée de Marc Antoine Jamet au lendemain de son enfarinage ©France 3 Normandie

 

Un maire d'autant plus en colère qu'il estime avoir mené une politique particulièrement inclusive et solidaire depuis 20 ans pour pacifier sa ville où cohabitent 65 nationalités. Les nombreuses associations humanitaires et sportives, la police municipale, les médiateurs présents dans les quartiers de la ville permettent d'y entretenir des liens permanents et un vivre ensemble au quotidien. 

  

La politique de la ville à Val de Reuil ©France 3 Normandie

 

Un soutien total de la classe politique 

Mais, au lendemain de ce violent incident, l'ensemble de la classe politique locale, régionale et même nationale n'a pas tardé à manifester son soutien total aux édiles agressés. 

 

 

 

La député LREM Syrra Sylla était d'autant plus indignée que son suppléant Yanis Khalifa, également adjoint municipal à Elbeuf, s'était lui aussi fait agresser en pleine rue le 24 août dernier dans sa commune. 

 

En savoir plus sur la Ligue de Défense Noire Africaine 

La Ligue de Défense Noire Africaine (LDNA) est une organisation française active publiquement depuis 2018. L'organisation se définit comme «  un mouvement révolutionnaire pour la défense des droits des Afro descendants et des Africains »  et déclare avoir pour objectif de lutter contre le racisme anti-noir et promouvoir le panafricanisme. Ses actions polémiques, comme les déclarations de son président en plein mouvement mondial à la suite de la mort de George Floyd aux États-Unis les font sortir de l'anonymat.

Depuis sa création, la ligue est très active sur les réseaux sociaux, près de 300 000 personnes sont abonnées à sa page facebook. 

Elle  multiplie les actions coups de poing et les propos outranciers dans toute la France contre tous ceux qu’elle accuse de négrophobie. 

A titre d'exemple, en l’espace de 3 ans, cette ligue a appelé à cracher sur la tombe du général de Gaule, à déboulonner des statues françaises de personnages historiques jugés racistes , elle a aussi affirmé ne pas « regretter la mort des soldats français au Mali, les traitant de terroristes."

En juin 2020, lors d’une manifestation en écho à la mort de Georges Floyd, son leader s’en est pris très violemment à la France, en affirmant qu’il s’agissait, d’un état : « totalitaire, terroriste, esclavagiste et colonialiste » ; des propos qui avaient évidemment soulevé l’indignation. Dans le contexte des manifestations antiracistes en France, toujours en 2020, le mouvement appelle au déboulonnage de plusieurs statues de personnalités historiques françaises. Son président-fondateur, affirme alors que l'État français est « totalitaire, terroriste, esclavagiste, colonialiste ». Cette position se couple également d'une lutte contre le racisme anti-noir. 

Mais la ligue de Défense Noire Africaine est également adepte de la censure par l’intimidation: Elle a ainsi voulu interdire l’exposition Toutankamon, à la Villette; au prétexte que le célèbre pharaon était noir et que personne ne voulait l’admettre. Elle a également tenté de censurer une pièce de théâtre à Paris, les suppliantes d’Eschyle, car le metteur en scène utilisait des masques de couleur, assimilées aux black faces. 

Qui se cache derrière ce mouvement ?

C 'est un certain Sylvain Afoua, qui se fait appeler Egountchi Behanzin. Il s'agit d'un nom d’emprunt opportunément choisi, puisque c’était le nom du roi du Dahomey, connu pour avoir lutté contre les armées coloniales françaises. Le 17 septembre 2020, Egountchi Behanzin est arrêté à Bamako alors qu'il tente de brûler un drapeau français devant l'ambassade de France et déclare que « la France opprime le peuple africain ». La LDNA soutient qu'il s'agissait d'un acte contre la « politique impérialiste au Mali ». Il sera libéré le lendemain.

Vers une dissolution de la LDNA 

Le Rassemblement National avait été le premier à demander la dissolution de cette ligue en 2020, mais depuis, des personnalités politiques de tous bords l’ont suivi. En réponse à ces épisodes de violence, le Ministre de l'Intérieur a d'ailleurs annoncé ce lundi matin sa volonté de dissoudre au plus vite cette "structure raciste qui appelle à la haine et à la discrimination". 

 

 

Pour clôre cet épisode, une conférence de presse s'est tenue ce lundi en fin d'après midi en présence du préfet de l'Eure et de Marc-Antoine Jamet, maire PS de Val de Reuil. L'élu qui s'était fait "enfariné" samedi s'est montré rassurant, avec une volonté affiché de rassurer sa population de 15 000 habitants : 

"La situation est maintenant totalement gérée avec le renfort des autorités et de la police, la ville revient au calme ! "

Marc Antoine Jamet, maire PS du Val de Reuil

 

Le préfet de l'Eure, Jérôme Filippini, a de son côté insisté sur l'autorité républicaine qui reste la plus forte : 

Intervention du préfet de l'Eure au Val de Reuil ©France 3 Normandie

 

Cette manifestation à Val de Reuil, était donc sans doute l’action de trop qui marquera probablement la fin de cette organisation.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers politique