Agression d'un élu à Elbeuf. Plus d'une semaine après les faits, le témoignage de Yanis Khalifa

Publié le

Les faits remontent au 24 aout dernier, mais Yanis Khalifa, conseiller municipal d’opposition à Elbeuf, reste encore traumatisé par son agression en pleine rue d'Elbeuf par 9 individus. Il a depuis porté plainte et reçu le soutien de la classe politique locale.

La surprise a été totale pour Yanis Khalifa ce mardi 24 août 2021 vers 21 heures. L’élu municipal a été soudainement agressé dans le quartier du Puchot, par neuf individus.

Après une longue journée de travail, il rentrait chez lui en se promenant et passe par le quartier du Puchot. C'est là qu'il rencontre un groupe de 9 personnes, assez jeunes. L'un d'entre eux est en train de faire du moto cross, assez bruyamment, en mode rodéo urbain. "Ils ont du alors lire un soupçon de désapprobation sur mon visage, et m'ont interpellé. Et s'en est suivi une escalade !"

Des gifles et un coup de pied dans le dos

Mais c'est bien sur sa qualité d'élu municipal que les jeunes insistent, en le reconnaissant. Voulant le chasser de "leur quartier où il n'est pas le bienvenu", il commencent à le frapper. Deux gifles s'abattent sur Yanis Khalifa, qui en perd ses lunettes. Quelques instants plus tard, l'élu qui cherche à quitter les lieux reçoit un coup de pied dans le dos et tombe au sol en se blessant. Des coups qui aboutiront à un arrêt de travail de sept jours.

 

"Je tiens à rassurer tout le monde, je vais bien, j'ai souffert de quelques blessures à la main, au bras et au cou. Mais je pense que c'est un symbole "d'autorité" qui a été visé. En réalité, on attend depuis très longtemps des moyens de police supplémentaire sur Elbeuf et si des annonces ont été faites, il est maintenant temps de les concrétiser ! On attend des annonces rapides ! "

Yanis Khalifa, conseiller municipal d'opposition à Elbeuf

 

Ces renforts avaient notamment été annoncés en juin par Sira Sylla, députée LREM, dont Yanis Khalifa est aussi le suppléant.

Néanmoins, le conseiller muncipal refuse de stigmatiser un quartier en particulier et rappelle qu'il n'avait jamais eu ce type de problême avant. L'attitude déplorable d'un seul groupe ne doit pas faire oublier les actions positives du tissu associatif local. Il a néanmoins porté plainte suite à son agression. 

Des soutiens unanimes de la classe politique 

Natif d'Elbeuf, Yanis Khalifa a commencé sa carrière politique en militant dans des associations de quartier et il fait désormais partie du paysage politique normand. Suite à son agression, de nombreux soutiens de tous bords, normands et nationaux, se sont manifestés sur les réseaux sociaux. 

 

 

En attendant, l'élu agressé a déja réaffirmé sa volonté de retourner dans le quartier du Puchot. 

1300 agressions envers les élus en 2020

Reste que cet acte est loin d'être une première. En France, les violences contre les élus locaux ont en effet plus que triplé en un an. Pour l’année 2020, près de 1300 agressions, menaces ou insultes ont été recensées. En réaction et pour rendre compte du phénomène, l'Association des Maires de France (AMF), avec le soutien des 103 associations départementales, a ainsi mis récemment en place l'Observatoire des agressions envers les élu(e)s. Ce nouvel outil doit permettre à chaque élu de témoigner précisément des atteintes physiques ou verbales qu'il a vécues et de compléter sa déclaration tout au long du processus judiciaire.

De leur côté, les sénateurs ont demandé officiellement le renforcement des sanctions pénales pour protéger les élus locaux.