Le vétérinaire eurois accusé de maltraitance sur un chien a été mis en examen

© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

Yannick Moles est poursuivi pour sévices graves sur animal devant le tribunal correctionnel. Présenté le 21 février devant le juge des libertés, il a été placé sous contrôle judiciaire.

Par France 3 Normandie

Les faits remontent au 28 novembre 2019, mais la vidéo qui les relate a été publiée sur le Facebook de l’association de défense des animaux Stéphane Lamart mardi 18 février 2020. Un chien y est battu par un individu décrit comme étant un vétérinaire de Vironvay, un village dans l'Eure.

Dans cette vidéo d’une durée d’une minute, on voit un petit chien blanc se faire battre violemment par un individu qui lui assène des coups de pieds, le soulève, le jette à terre, le coince derrière une poubelle.
 
Maltraitance animale dans l'Eure : une vidéo fait scandale


La scène se passe de nuit à Vironvay. Elle est filmée par une personne souhaitant rester anonyme. Selon elle, il s'agit du vétérinaire vironvayen Yannick Moles qu’elle dit reconnaître, et elle indique que les faits se déroulent dans la cour devant son cabinet. " Cela a été dur de le faire sans interrompre ce qu’il se passait, mais j’ai jugé qu’il fallait faire ainsi pour disposer d’une séquence permettant une preuve irréfutable ".

L’association Stéphane Lamart, reconnue d’utilité publique, prend connaissance des images et les publie sur ses réseaux sociaux. Mercredi soir 19 février, elle enregistre près de 600 000 vues et a été partagée 10 000 fois. Les internautes réagissent de manière vive.

Suite à la diffusion de la vidéo, le propriétaire de ce Jack Russell de deux ans et demi prénommé Jack est contacté par son frère qui lui indique qu’il s’agit de son chien. Il avait disparu du domicile de Noah Suzanne, un jeune homme de 18 ans, entre le 15 et le 20 juillet 2019. Retrouvé sur le rond-point d’Heudebouville, il est amené au cabinet vétérinaire du Docteur Moles, qui le recueille. Le propriétaire du chien apprend qu’il s’y trouve, le contacte pour le récupérer, mais ce dernier lui demande 180 euros. Noah Suzanne ne dispose pas de la somme et essaie de trouver un arrangement, en vain.
 
© Facebook de l'association Stéphane Lamart
© Facebook de l'association Stéphane Lamart


Le médecin lui indique qu’il pourra récupérer l’animal quand il s’acquittera de ladite somme, ce que ne peut pas le jeune homme. Les mois passent, Noah Suzanne relance, sans succès.

" Ce vétérinaire ne fait pas fourrière, il n’était pas censé me demander de l’argent. Il ne m’a pas prévenu que Jack était chez lui alors qu’il est pucé et qu’il l’avait depuis plusieurs jours à son cabinet ". Le vétérinaire n’aurait ensuite plus répondu aux appels du jeune homme.


A la publication de la vidéo, Noah Suzanne reconnaît, choqué, son chien. Il se rend dans la foulée au cabinet, où une secrétaire et deux stagiaires sont présentes. Il demande à récupérer le canidé ainsi qu’un collier et une laisse. On lui indique que le chien est dans une pièce où se trouvent des cages avec un chat et des chiens à l’intérieur. Il reconnaît le sien, la gendarmerie nationale se présente. Noah Suzanne récupère son chien avant de porter plainte contre Yannick Moles pour maltraitance animale.
 
© France 3 Normandie
© France 3 Normandie
 

Placé en garde à vue


Mercredi 19 février, la gendarmerie contacte le vétérinaire, qui se présente de lui-même au commissariat de Louviers qui suit l’affaire. Il est placé en garde à vue. Une perquisition a lieu jeudi 20 février à son cabinet en sa présence.

L’association Stéphane Lamart a porté plainte contre le médecin fin novembre 2019 au civil et saisit le Conseil de l’Ordre des Vétérinaires pour actes de cruauté.

Stéphane Lamart, n’a " pas de mots pour exprimer son ressenti "
. " C’est extrêmement violent, impensable qu’un vétérinaire puisse s’en prendre à un animal de la sorte. Je ne sais pas ce qui s’est passé dans la tête de ce monsieur, c’est inqualifiable, un vétérinaire exerce pour sauver des vies et prendre soin des animaux et son comportement ternit l’image de la profession », indique-t-il. Et d’ajouter : " J’espère qu’il ne pourra plus jamais exercer ".

D’après lui, Yannick Moles n’a jamais démenti la vidéo. La Fondation Brigitte Bardot, qui soutient l’association Stéphane Lamart, a indiqué qu’elle se constituerait partie civile.

Yannick Moles avait déjà été inquiété pour des faits suspects en lien avec les animaux. Suite à une plainte l'accusant d'en détenir dans des conditions insalubres gênant le voisinage, il avait été suspendu pendant un an, dont six mois avec sursis, du droit d'exercer sa profession dans le ressort de la chambre régionale de l'Ordre des Vétérinaires de Normandie.

L’homme rencontrerait des difficultés relationnelles avec des habitants de la commune depuis des années. Certains ont été à l’initiative de différentes actions à son encontre.

D'autres témoignages


L’association Stéphane Lamart enregistre depuis jeudi 20 février des témoignages d’autres personnes ayant rencontré des problèmes dans le cadre de consultations avec le médecin.

Une dame habitant à quinze minutes de Vironvay notamment, qui a consulté en février 2019 pour son chat pris d’une infection urinaire. Elle vient une première fois, le professionnel lui propose de passer les jours suivants pour soigner l’animal. Lors d’une des consultations, il injecte un produit au chat, qui pousse un hurlement et s’affole. Il reste au cabinet ce soir-là et décède. 

55000 signatures en 24h


Le chien battu a été touché aux cervicales et va subir un examen approfondi. Le Conseil de l’Ordre a lancé une procédure disciplinaire et une enquête interne, la sanction pouvant aller jusqu’à l’interdiction d’exercer.

Une pétition a recueilli près de 55 000 signatures en 24 heures pour demander la suspension à vie du vétérinaire. Son cabinet a été mis sous scellés. Une enquête est en cours.

ACTUALISATION VENDREDI 21 FEVRIER : Yannick Moles est poursuivi pour sévices graves sur animal devant le tribunal correctionnel. Présenté vendredi 21 février devant le juge des libertés et de la détention, il a été placé sous contrôle judiciaire. Il a interdiction d’exercer toute profession en lien avec les animaux d’ici l'audience où il sera jugé le 29 avril 2020. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus