Des militants écologistes se soulèvent contre "le monde du béton" et s'attaquent à un site industriel à Val-de-Reuil

A l'initiative du collectif Les Soulèvements de la Terre, des militants écologistes ont effectué ce dimanche 10 décembre une action coup de poing sur le site bétonnier de Lafarge, à Val-de-Reuil (Eure). Selon la préfecture, leur objectif était de "détruire l’outil industriel". L'exploitant a déposé plainte.

Les faits se sont produits ce dimanche 10 décembre à 12h30. Le site eurois du cimentier Lafarge a été violemment attaqué par une centaine de militants écologistes cagoulés qui ont ensuite séquestré le gardien et occupé les lieux à l'occasion d'une "journée d'action contre Lafarge et le monde du béton".  

La police nationale est rapidement intervenue pour les disperser au moyen de gaz lacrymogène. Alors que l'exploitant du site a déposé plainte, le préfet de l'Eure, Simon Babre, a déclaré "condamner fermement ces agissements".

Des centaines de milliers d'euros de dégâts

Sur place, les militants ont dégradé les installations de manière "extrêmement importante" selon le sous-préfet de Bernay, Philippe Fournier-Montgieux, sur place.

Ecoutez ce rappel des faits préparé au lendemain de l'attaque par A. Deshayes, avec l'interview de Philippe Fournier-Montgieux :

durée de la vidéo : 00h01mn41s
Pourquoi Les Soulèvements de la Terre ont-ils attaqué le site de Lafarge ? ©A. Deshayes / France 3 Normandie

Des produits ont été introduits dans les silos à béton et des tags liés aux revendications des Soulèvements de la Terre ont été observés sur le site ("Stop Béton").

Le montant des dégâts pourrait s'élever à plusieurs centaines de milliers d'euros. Au total, 18 salariés sont au chômage technique. Le site ne sera pas en mesure de reprendre une activité normale ce lundi 11 décembre.

Une cinquantaine de policiers ainsi que l'exploitant étaient toujours sur place cet après-midi, rejoints, vers 18h, par une brigade de la SDAT (Sous-direction anti-terroriste).

L'ensemble des militants ayant pris la fuite, aucune interpellation n'a pu avoir lieu, mais l'analyse des bandes vidéo pourrait aider à les identifier.

Une initiative nationale

Parfaitement coordonnés, des militants ont effectué des actions similaires sur des sites Lafarge en Île-de-France, en Gironde, en Ardèche ou même dans les Deux-Sèvres.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs arguments ont été avancés pour justifier leur action. Le cimentier "bétonnerait la planète" et contribuerait à la dégradation de l'environnement, et il se serait rendu coupable de "complicité de crime contre l'humanité" après le rachat, en 2008, d'une cimenterie dans le nord de la Syrie.

En région parisienne, une centaine de manifestants a également occupé le site.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité