"Deux heures de bus par jour" : le futur lycée n'ouvrira pas en septembre, la galère pour les élèves

Le nouveau lycée international de Bourg-Achard devait accueillir en septembre prochain un millier d'élèves. Mais des fissures dans le plafond ont forcé l'arrêt des travaux et le report de l'ouverture à une date inconnue. Pour les lycéens et leurs parents, la déception est grande. Témoignages.

Avec le nouveau lycée international Louis-de-Broglie, à Bourg-Achard (Eure), la Région Normandie voulait inventer l'établissement secondaire de demain. Initialement prévue pour septembre 2024, l'ouverture du lycée est finalement repoussée. Des fissures dans le plafond du bâtiment principal obligent à suspendre les travaux.

"Le coup de massue"

Pour les lycéens qui croyaient y faire leur prochaine rentrée et pour leurs parents, c'est la douche froide. "Ça a été le coup de massue parce qu'on ne s'y attendait pas du tout. Pour nous, il allait ouvrir, tout était parfait. On nous avait dit : il n'y a pas de retard, tout s'est bien passé", commente Bénédicte Queney, mère d'un élève qui devait intégrer l'établissement en septembre. "On s'était dit : même si on ne le visite pas, c'est pas grave, tant qu'il ouvre", poursuit-elle.

Son fils, Mathis, devra finalement étudier dans un lycée à Pont-Audemer, à 26 kilomètres de chez lui. "Je dois prendre le bus deux heures tous les jours, du lundi au vendredi, ça va faire long, très très long", anticipe, sans joie, le jeune homme.

Comme lui, les 1 000 élèves qui croyaient intégrer le lycée international Louis-de-Broglie devront finalement s'inscrire dans des établissements à Pont-Audemer ou Elbeuf. Parmi eux, le lycée devait accueillir 250 internes.

Voir le reportage d'Yves Asernal et Pascal Montagne :

durée de la vidéo : 00h01mn38s
{} ©France télévisions

Les parents d'élèves demandent la gratuité des transports

Les parents des élèves qui devaient intégrer le lycée de Bourg-Achard ont lancé une pétition en ligne pour obtenir des explications. Dans cette pétition, ils déplorent pêle-mêle "le temps de trajet largement augmenté, les classes surchargées, la fatigue intense pour nos adolescents, le transport à payer"...

Ils demandent à Hervé Morin "la gratuité du transport le temps que le lycée Louis-de-Broglie ne sera pas opérationnel et que nos enfants n’y seront pas" et "la garantie de réintégrer ce lycée dès que possible quelle que soit la classe où seront nos enfants".

Aucune date d'ouverture

Pour l'heure, aucune date ultérieure d'ouverture n'a été communiquée par la Région. "Il ouvrira quand on aura trouvé une solution. Les experts commencent à travailler dessus, les architectes, les bureaux d'études", informe Hervé Morin, le président (Les Centristes) de la Région Normandie.

"C'est un litige (...) qui va engager des sommes considérables, notamment en matière d'assurance dommage ouvrage, très probablement", annonce-t-il en outre. Mais le président assure : "Clairement, ce que je ne veux pas, c'est que le litige dure des années et des années".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité