• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Evreux : le meurtre d'un vieil homme à Bernay jugé par la cour d'assises

Le procès s'est ouvert le 4 février 2019 devant la cour d'assises de l'Eure / © France 3 Normandie
Le procès s'est ouvert le 4 février 2019 devant la cour d'assises de l'Eure / © France 3 Normandie

Le procès de deux jeunes hommes a commencé devant la cour d'assises de l'Eure. Pendant une semaine, ils étaient jugés pour le meurtre d'un Bernayen et une tentative de meurtre dans l'Aveyron.

Par Sylvie Callier

Rappel des faits :

Mathieu G. et Anthony C. sont jugés depuis lundi pour le meurtre, à Bernay, en mars 2015, de Jean-Pierre d’Anna, un retraité de 79 ans, et pour une tentative de meurtre à Villefranche-de-Rouergue, dans l’Aveyron, une semaine plus tôt. 20 ans de prison ont été requis pour les deux accusés.  Le verdict a été prononcé vendredi 8 février : 17 ans de prison pour Mathieu G. originaire de Saint Aubin les Elbeuf et 20 ans de réclusion pour Anthony C, originaire de l'Aveyron.

Au 5ème jour du procès, aux Assises de l’Eure, la parole était donnée ce vendredi matin aux experts psychiatres, puis cet après-midi, à l’Avocate Générale et aux avocats des deux parties.

A la barre, les deux experts ont précisé que les deux accusés sont responsables pénalement, même si pour Mathieu G., 23 ans au moment des faits, l’altération du discernement peut être reconnue. Il souffre en effet de schizophrénie paranoïde. Il encourait jusqu’à 30 ans de réclusion. 20 ont finalement été requis.

Pour Anthony C., pas d’altération reconnue. Selon le code pénal, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Toutefois, le Ministère public requiert 20 ans, compte tenu de son âge au moment des faits. Il avait 20 ans.


Maître Marc François l’avocat d’Anthony C. a mis l’accent sur l’absence de preuves dans cette affaire. 

Il n’y a rien qui accuse mon client. Pas de trace d’ADN sur le corps de la victime. Vous êtes dans l’hypothèse. Moi je vous demande d’être dans la clarté, dans la preuve.  


Maître David Boyle qui défend Mathieu G. a répété que son client avait reconnu le meurtre.

Une explosion de violences illogiques qui n’a pas d’explications. Mon client a vu rouge. Il pensait voir sa mère.

Cette mère qui ne l’aimait pas assez et dont il souhaitait la mort. 





Un homme de 79 ans, devenu aveugle, a été tué, chez lui,  le 24 mars 2015 à Bernay dans l'Eure. La victime a été étranglée. Une somme de 140 euros a été volée.

Quelques jours plus tard, Mathieu G., originaire de Saint-Aubin-lès-Elbeuf se présente au commissariat de Toulouse. Il avoue le meurtre et met en cause un ami Anthony. C. Les deux jeunes sont en errance et toxicomanes.

 Le procès juge aussi les deux hommes pour une tentative de meurtre commise (à Villefranche-de-Rouergue) avant le meurtre de Bernay. Le procès examine la personnalité des deux accusés, et les faits pour comprendre la part de responsabilité de chacun.

"Mathieu G. connaissait bien cet homme cultivé, devenu aveugle, pour lequel il avait fait des lectures par le passé"

Compte-rendu d'audience du premier jour du procès :
 
Evreux : compte-rendu premier jour de procès du meurtre à Bernay
Reportage de Frédéric Nicolas et Véronique Arnould

 

Sur le même sujet

Nicole Belloubet à propos du CEF

Les + Lus