Bodmer, Dembélé, Mendy ... ils se mobilisent pour le collège Pablo Neruda d'Evreux

© AFP
© AFP

Mathieu Bodmer, Bernard Mendy et Ousmane Dembélé se mobilisent pour soutenir le collège Pablo Neruda qui devrait fermer en septembre 2018. C'est en tant qu'anciens élèves qu'ils ont adressé une lettre au maire d'Evreux.

Par Véronique Arnould

Deux collèges fermés à la rentrée prochaine

Le département de l'Eure l'a annoncé : les collèges Pablo Neruda d'Evreux et Pierre Mendès France au Val de Reuil fermeront leurs portes en septembre prochain. Depuis cette annonce, les manifestations se multiplient pour protester contre cette décision. Professeurs, maires, familles ... ils sont nombreux à défiler dans les rues. Et depuis peu, d'anciens élèves devenus célèbres apportent également leur soutien. 


Trois footballeurs s'impliquent


Dans une lettre adressée le 10 octobre au maire d'Evreux, trois footballeurs (Mathieu Bodmer, Bernard Mendy et Ousmane Dembélé) racontent l'importance du collège Pablo Neruda dans leurs parcours de vie. Tous les trois ont grandi à Evreux, ils ont été scolarisés dans ce collège du quartier de la Madeleine. Dans ce courrier, ils rendent hommage aux professeurs et cadres éducatifs de ce collège.

C'est grâce à eux que nous sommes devenus des sportifs de haut niveau et des citoyens attentifs à la vie de notre quartier et de notre ville.



Les mécontents battent le pavé


Ce samedi 14 octobre, une nouvelle manifestation était organisée devant le collège Pablo Neruda d'Evreux. Environ deux cents personnes se rassemblées pour réclamer le maintien de cette structure scolaire.

VIDEO / La manifestation du samedi 14 octobre
 

Manifestation devant le collège Pablo Neruda


Le conseil départemental de l'Eure répond


Ce samedi, les représentants des syndicats et fédérations de parents d'élèves ont été reçus par le président du département, Pascal Lehongre. L'objet de cette rencontre : éviter la fermeture en juin des deux collèges. Le président a évoqué les "raisons objectives" qui expliquent cette décision. 
  • L'état des bâtiments (problème d'amiante notamment)
  • La faiblesse des effectifs 
  • L'absence de mixité sociale
  • La présence de collèges à proximité
Si chacunes des parties a pu s'exprimer, le président Lehongre " a réaffirmé sa volonté de faire respecter la décision qui avait été votée à une large majorité par les conseillers départementaux en juin 2016. " Il a refusé tout moratoire mais s'engage " à répondre aux inquiétudes et aux interrogations exprimées lors de cette réunion."

Sur le même sujet

Bolbec : mise en examen pour meurtre d'un habitant

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne