Déserts médicaux : j'ai cherché un médecin traitant en ville et à la campagne

Médecin généraliste, dentiste, ophtalmologue, gynécologue... il devient de plus en plus compliqué de trouver une consultation. Les délais ne cessent de se rallonger. La Normandie est la deuxième région de France la plus mal classée en termes de couverture de soins... Nous nous sommes mis en quête de plusieurs consultations.

Absence de praticiens dans un secteur, des délais d'attente qui s'allongent, pas de rendez-vous possible pour les nouveaux patients… Prendre rendez-vous chez un médecin, un dentiste, un ophtalmo ou encore un gynéco devient de plus en plus compliqué Avec 78  praticiens généralistes pour 100.000 habitants, la Normandie est la deuxième région de France métropolitaine qui présente les indicateurs de densité médicale les plus défavorables.

Il y a moins de médecins généralistes que dans les autres régions, moins de spécialistes aussi. Les cabinets sont répartis de façon inégale sur le territoire, si bien que de véritables déserts médicaux se sont formés.

Je me suis mise en quête d'une consultation médicale, dans la peau d'une nouvelle habitante d’Evreux, capitale de l’Eure, et de la Ferté-Macé, petit village de l’Orne. Les deux départements sont les plus touchés de la région par les déserts médicaux. Le constat est là : obtenir un RDV n'est pas facile ! 

Nouvelle ébroïcienne cherche médecin traitant

Je tente d’abord ma chance à Evreux en me faisant passer pour une nouvelle habitante à la recherche d’un médecin traitant. Ca tombe bien, j’ai 38 de fièvre, mal à la tête, mal à la gorge, j’ai donc besoin de me faire soigner. Mais après de nombreux appels dans différents cabinets, une phrase revient : “nous ne prenons pas de nouveaux patients”.

“On a énormément d’appels, énormément de monde. On a déjà du mal à caler tous nos patients, c’est dur..”, me confie une secrétaire médicale. Je tente de lui demander conseil pour trouver un autre cabinet : “sur le secteur c’est compliqué. Il faut avoir un coup de chance… c’est dommage d’en arriver à dire ça. Tout ce qu’on espère, c’est qu’un nouveau médecin vienne s’installer.”

Même le centre de santé à Saint-Sebastien-de-Morsent, à 6 km d’Evreux, avec pourtant 6 médecins généralistes, n’acceptent pas les nouveaux patients. Je tente ensuite ma chance sur la plateforme de réservation en ligne Doctolib. Là encore, beaucoup n'acceptent pas les petits nouveaux. "Ce praticien réserve la prise de rendez-vous en ligne aux patients déjà suivis" , peut-on lire sur l'application mobile. J’arrive finalement à trouver une simple téléconsultation mais pour dans 7 jours. D’ici là j’ai le temps de soigner mon angine.

Jusqu’à 8 mois pour un dentiste

Pour les dentistes j’ai plus de chance, on accepte les nouveaux patients mais à condition que ce ne soit pas pour une urgence. On me propose des rendez-vous pour dans un mois et demi, deux mois. En revanche, au centre hospitalier Eure-Seine, les délais sont plutôt de 6-8 mois. Sur Doctolib je parviens à trouver un  rendez-vous beaucoup plus tôt, dans 10 jours, mais à Vernon qui se situe à une trentaine de kilomètres. Aux heures de pointe, le trajet peut prendre plus de 45 minutes.

Du côté des consultations gynécologiques de simple routine, il faut également se rendre au centre hospitalier Eure-Seine. On me propose 2 mois de délai. Rien de bien surprenant, la moyenne nationale est de 101 jours pour obtenir une consultation.

Enfin pour trouver un ophtalmologue, les choses se compliquent. Il y en a 4 à Evreux et personne ne m’a répondu au téléphone, je tombe directement sur messagerie. En revanche, petit coup de chance, j’ai trouvé un rendez-vous dès le lendemain à Vernon, au centre d'ophtalmologie de l’Eure.

A La-Ferté-Macé, il faut parcourir des kilomètres

A la Ferté-Maçon, village de l’Orne d’un peu plus de 5.000 habitants, le terme de désert médical n’a jamais aussi bien porté son nom. Il y a seulement deux médecins généralistes : le premier est impossible à joindre. Le numéro de téléphone indiqué sur internet ne fonctionne pas. Pour le second, sa secrétaire médicale m’indique que ce dernier prend sa retraite dans moins d’un mois. “On ne sait pas encore s'il sera remplacé. Nous sommes dans l’attente.”

Pour soigner mon angine j’ai tout de même trouvé un rendez-vous pour dans 3 jours… à Condé-sur-Noireau, à 40 km de là.

Pour les consultations gynécologiques pas de difficulté. Le Centre Périnatal de Proximité de la Ferté Macé me propose un rendez-vous dans deux mois et demi.

Pour le dentiste, les choses se compliquent. Quatre spécialistes semblent installés à la Ferté-Macé mais soit ils ne prennent pas de nouveau patient, soit ils sont injoignables. Les dentistes les plus proches se trouvent ensuite à 30 km de là, à Flers ou à Argentan mais dans cette dernière, on ne prend pas de nouveau patient.

Enfin pour les ophtalmo, c’est simple, il n’y en a pas ! Il faut se rendre à Mayenne, dans la Manche, ou à Flers, pour obtenir une consultation dans un délai d’un mois et demi / deux mois.

Un cabinet médical mobile dans l’Orne

Quelles solutions pour pallier le manque de médecins ? Mis en place fin 2020 dans l'Est de l'Orne par la Communauté professionnelle territoriale de santé, le médicobus est un véritable succès. Ce cabinet médical mobile se déplace toute la semaine dans les déserts médicaux, afin de pallier les absences de médecins généralistes. Retraitée depuis 3 ans, le docteur Jaouen Ravasse a repris du service : tous les mercredis, elle consulte dans le médicobus stationné à Vimoutiers.

Et ce petit cabinet médical mobile ne désemplit pas ! Il faut dire que Vimoutiers a perdu 3 médecins généralistes en seulement 6 mois. Un praticien suivant en moyenne 1500 patients, beaucoup d’habitants de la commune et du Pays d’Auge se sont donc retrouvés sans médecin. 

Depuis le mois d’octobre 2020, le médicobus se déplace ainsi dans plusieurs communes de l’Est du département. 6000 actes ont déjà été réalisés. Un dispositif innovant et indispensable dans ce désert médical où environ 12 000 patients n’ont plus de médecin traitant. 

“Actuellement, 24% de nos médecins dans l’Orne ont plus de 65 ans. On a perdu plus de 80 médecins en 10 ans. Le médicobus est une solution palliative en attendant que des médecins viennent", indique Dr Jean-Michel Gal, président de l'Association Médicobus .

Un vœu malheureusement pieu pour le moment : dès le mois d’avril, le médicobus ajoutera une nouvelle commune à son programme : il se déplacera à L’Aigle, où 2 médecins généralistes doivent partir.   

Edition spéciale sur France 3 Normandie mercredi 30 mars 2022

Mercredi 30 mars 2022, France 3 Normandie vous propose une journée spéciale consacrée à la santé. D'abord dans votre journal de 12h avec une page spéciale. Dès 18h30, nos équipe seront en direct pour une émission spéciale depuis Evreux, au cœur du nouveau service d'odontologie du centre hospitalier Eure-Seine, ouvert depuis septembre pour pallier le manque de dentistes dans le département de l'Eure.

Parce qu'il est donc grand temps de trouver des solutions, d'inverser la tendance, d'attirer de jeunes praticiens, de tenter une nouvelle forme de consultations aussi dans les zones sinistrées, afin de permettre au plus grand nombre d'avoir accès aux soins.