Eure. Un homme retrouvé mort dans un champ à 30 kilomètres de chez lui : 3 hommes mis en examen

Le corps d'un homme a été retrouvé dans un champ le 10 mai dernier à Vexin-sur-Epte dans l'Eure. Trois hommes ont été mis en examen pour homicide, recel de corps et modification de la scène de crime.

Mercredi 10 mai 2023, un promeneur découvre le corps de Jérémy Gressent dans un champ de colza, en bordure de la route départementale 4, sur la commune de Vexin-sur-Epte. Les gendarmes sur place constatent la présence de blessures importantes à l'arrière du crâne. Les premiers examens du médecin légiste ont confirmé l'hypothèse de la mort violente. Le corps a pu être rapidement identifié. Il s'agit de Jérémy Gressent, un jeune homme de 33 ans domicilié à Sérifontaire dans l'Oise. 

Selon ses proches, interrogés par le Courrier Picard, Jérémy Gressent, était bien inséré, que ce soit par son travail dans l'entreprise de son frère ou son implication dans le club de foot de la commune. L'enquête ouverte par le parquet d'Evreux a permis de retrouver rapidement la trace de trois individus impliqués dans le meurtre. L'un d'eux, Nicolas Cador, s'est de lui-même rendu à la brigade de gendarmerie de Coudray-Saint-Germer dans l'Oise, pour avouer sa participation à l'homicide de Jérémy Gressent. Le 13 mai dernier, deux autres personnes ont été présentées au tribunal d'Évreux.

Selon les premiers éléments, les faits se seraient déroulés à Hébécourt, le 6 mai.  Une altercation aurait éclaté entre Jérémy Gressant et Nicolas Cador lors d'une fête d'anniversaire. Dans la cave de l'habitation, ce dernier aurait alors porté des coups au visage de la victime, avant de lui tirer dessus, de transporter le corps avec l'aide de ses deux complices en voiture jusqu'à Vexin-sur-Epte et de l'achever à coups de marteau. À l'issue des gardes à vue, les trois protagonistes ont été déférés au tribunal judiciaire d'Evreux et une information judiciaire a été ouverte à leur encontre, des chefs d'homicide et modification de scène de crime. Les trois mis en cause ont été mis en examen et placés en détention provisoire.