Lutte contre les déserts médicaux : et si vous consultiez un médecin dans un bus ?

La France manque cruellement de docteurs. De nombreux patients se retrouvent sans médecin traitant. Face à ce constat, il faut innover. La communauté de communes d'Evreux (Eure) vient de lancer le "Doctobus", une forme de médecine itinérante visant à soigner les habitants.

Impossible d'obtenir un rendez-vous chez le médecin ? Dans l'agglomération d'Evreux, c'est lui qui vient à vous ! Ce camping-car, c'est le "Doctobus" !

A l'intérieur, il possède tous les équipements nécessaires pour assurer des consultations de médecine générale. Son achat et sa transformation ont coûté au total 70 000€.

3 fois par semaine, il s'installe dans l'une des 8 communes sélectionnées pour la journée. En moyenne, il reçoit entre 7 et 15 patients chaque jour. A partir de juin, il fonctionnera 5 jours sur 7.

Inauguré il y a quelques semaines, il y déjà beaucoup de patients.

Une alternative pratique pour les patients

Ce service, Brigitte vient de le tester et elle semble conquise. Son médecin traitant est parti à la retraite en décembre. "Depuis janvier, j'essaye de trouver un médecin mais ils ne veulent pas prendre de nouveaux patients."

C'est en ouvrant sa boîte aux lettres qu'elle a découvert cette médecine hors les murs. "Je trouve le concept très sympa pour les personnes âgées et qui ont du mal à se déplacer."

J'ai appelé le numéro et j'ai eu un premier contact avec la secrétaire qui m'a dit qu'on allait me rappeler dans l'heure. On m'a ensuite fixé un rendez-vous 48h après. C'était très rapide et très agréable.

Brigitte, patiente

Pour elle, cette solution est pratique. "Je suis suivie par un cardiologue, donc pour le renouvellement de traitement, c'est un peu compliqué de trouver quelqu'un..." 

Plusieurs kilomètres pour se faire soigner

Aurélie a également choisi ce dernier recours pour soigner. Elle a fait 30min de route pour honorer son rendez-vous dans ce camping-car médical. "Dans notre commune, on n'a plus du tout de médecin, donc même s'il faut faire 30min de route, malheureusement, on n'a pas le choix si on veut être soignés."

C'est la seule solution vu qu'il n'y a plus de médecin dans les campagnes...

Aurélie, patiente

C'était la première fois qu'elle tentait l'expérience et Aurélie compte bien la renouveler, si cela est nécessaire. "Si je n'ai pas le choix, oui." Elle estime que cette alternative doit se multiplier. "Il devrait y en avoir plus !"

Des médecins retraités volontaires

Les consultations sont assurées par des docteurs retraités qui se relaient. C'est le cas d'Olivier Cirilli, 72 ans. Il est à la retraite mais n'a pas hésité à reprendre du service lorsque la communauté d'agglomération lui a proposé ce projet. "Quand j'ai su qu'il y avait une pénurie de médecins dans la région et que l'on m'a demandé de venir pour suppléer un petit peu, j'ai dit oui !"

Ce qui le motive c'est aider les autres. "Grâce à l'amour du métier et au contact avec les gens que j'apprécie énormément, on peut de soulever des montagnes", explique-t-il.

Il reçoit déjà beaucoup de patients. "Ça fait deux semaines et je trouve que l'on a déjà pas mal de monde. Je pense que dans quelques mois, on sera même surbooké."

Les médecins s'arrêtent et ne sont pas remplacés. Il n'y a personne donc je pense qu'on est accueilli à bras ouverts. On sent bien que les gens sont en attente qu'on vienne.

Olivier Cirilli, médecin retraité

Et parfois, cette façon de pratiquer un peu particulière peut avoir ses côtés amusants. "On ne tient pas tout à fait debout mais on fait avec. Quand le bus est penché, c'est un peu folklorique !"

Une zone très touchée par les déserts médicaux

La communauté d'agglomération d'Evreux (Evreux Portes de Normandie) est à l'origine du Doctobus. Elle s'est inspirée du Médicobus, déjà existant, de l'Orne. "Il manque de médecins sur le secteur", constate Emmanuel Roussel, conseiller communautaire délégué à la santé.

durée de la vidéo : 00h00mn16s
Emmanuel Roussel donne les chiffres du déficit médical de la zone. ©France Télévisions

Ce Doctobus, c'est une solution provisoire. "C'est mieux que rien. On peut espérer que dans quelques années, il n'y ait plus besoin du Doctobus si la situation vient à s'améliorer et qu'il y aura des médecins qui se seraient installés", explique l'élu. 

En tout cas, tant qu'il y aura un déficit médical, le Doctobus fonctionnera.

Emmanuel Roussel, conseiller communautaire délégué à la santé

Il espère que cette autre façon de pratiquer attirera d'autres praticiens. "Cela peut donner l'envie à de jeunes médecins de venir pour assurer la pérennité de ce dispositif."

Pour prendre rendez-vous dans le Doctobus, il faut téléphoner obligatoirement au 02 32 31 52 93, le lundi, mardi et vendredi, de 8h à 18h et le mercredi matin de 8h à 12h30. Il fonctionne dans 8 communes : Arnières-sur-Iton, Bois-le-Roi, Fresney, Gauciel, Marcilly-la-Campagne, Prey, Reuilly et Sacquenville.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité