Un atelier clandestin de désossage de véhicules volés démantelé dans l'Eure

Les gendarmes normands ont mis fin le 25 avril à l'activité d'un réseau de vols de véhicules utilitaires et de revente de pièces détachées, un préjudice estimé à 400 000 euros. Les suspects n'ont pas hésité à creuser dans une falaise pour dissimuler leur trafic.

Les deux sièges avant sont retirés, le tableau de bord est démembré et le moteur est partiellement découpé. Ce véhicule utilitaire, dérobé la veille, était en cours de démontage lorsque les gendarmes découvrent "un véritable atelier automobile clandestin", selon un communiqué, dans la commune des Trois-Lacs, près des Andelys (Eure).

Niché au pied d'une falaise creusée en toute illégalité en bordure de la Seine, une quinzaine de véhicules comme celui-ci sont identifiés sur place, tous volés entre le 29 mars et le 24 avril 2023. Ils étaient destinés à la mise en pièces détachées, avant d'être conditionnés puis revendus.

Plus de 70 clés de contact de véhicules sont aussi retrouvées sur place, en plus d'outils professionnels nécessaires au découpage et au démontage.

"Plusieurs plaques d’identification de véhicules, découpées sont découvertes, immergées dans la Seine, aux endroits où le principal suspect avait été observé en train de les jeter à l’eau, quelques jours auparavant."

Gendarmerie nationale

Des suspects de l'Eure et des Yvelines

Au petit matin de ce 25 avril, 60 gendarmes sont engagés pour une vaste opération de démantèlement. Au total, 5 individus, âgés de 20 à 42 ans et originaires de l'Eure et des Yvelines, sont interpellés et placés en garde à vue. La majorité des auteurs présumés sont déjà connus de la Justice.

Le lendemain, le receleur présumé, originaire du Val d'Oise, est interpellé à son tour avant d'être placé lui aussi en garde à vue.

Au total 650 000 euros de préjudice

Cette affaire fait suite à un important vol de cuivre, d'environ 50 tonnes pour un montant estimé à 250 000 euros, commis en février dernier au sein d'une entreprise sur la commune du Val d'Hazay (Eure). Cela s'ajoute aux 400 000 euros de préjudice de l'atelier clandestin.

Le principal instigateur de ce trafic de véhicules utilitaires volés avait d'abord été identifié par la gendarmerie nationale, ce qui avait permis aux enquêteurs de découvrir la parcelle de démantèlement sur la commune des Trois-Lacs. Le malfaiteur avait creusé dans la falaise pour agrandir son espace de vie et de travail.

La transformation du site en atelier clandestin et cette extension dans la falaise sont des infractions au droit de l'environnement et de l'urbanisme.

Les gendarmes mènent des recherches pour identifier les victimes et restituer les biens.

Une comparution immédiate pourrait avoir lieu ce vendredi 28 avril devant le tribunal judiciaire d'Evreux.