Ferrero va investir 42 millions d'euros en Normandie

Un nouvel entrepôt à Criquebeuf-sur-Seine, la modernisation de l'usine de Villers-Ecalles et la rénovation du siège social de Mont-Saint-Aignan : au total, Ferrero réinjecte 42 millions d'euros dans la région. 

Le site de Grand-Quevilly (Seine-Maritime) sera délaissé pour celui de Criquebeuf-sur-Seine (Eure).
Le site de Grand-Quevilly (Seine-Maritime) sera délaissé pour celui de Criquebeuf-sur-Seine (Eure). © Google Street View.
Le fabricant de la célèbre pâte à tartiner Nutella, le géant italien Ferrero, va investir 42 millions d'euros en Normandie où il prévoit d'installer un nouveau centre de logistique, a indiqué le groupe lundi 28 septembre à l'AFP, confirmant une information des Echos.
 

Deux fois plus de stock

Ferrero a choisi d'installer son nouvel entrepôt à Criquebeuf-sur-Seine, dans l'Eure. D'après un communiqué de l'entreprise : "Les travaux démarreront en novembre pour s'achever fin 2021".

Il permettra au géant italien de doubler ses capacités de stockage. "Avec ce nouveau centre de logistique de près de 36.000 m2 et sa capacité de stockage de 45.000 palettes, Ferrero en France pourra ainsi regrouper ses activités de distributions, réparties actuellement entre la Normandie et l'Aube, sur un seul site central plus moderne", plaide l'entreprise. Ce seul site normand représente 30 millions d'euros d'investissements. Il y aura aussi 10 millions d'euros pour la modernisation de l'usine de Villers-Ecalles (Normandie)
et 2 millions pour la rénovation du siège social de Mont-Saint-Aignan (Normandie).     
Cité dans le communiqué de Ferrero, le ministre délégué en charge du Commerce extérieur, Franck Riester, a déclaré: "Ferrero confirme que nos territoires sont au coeur de la stratégie d'attractivité, les entreprises étrangères créent des emplois partout, aujourd'hui à Criquebeuf".
 

Un ancrage normand

"Les efforts entrepris pour densifier la relation bilatérale franco-italienne, sous l'impulsion du Président de la République, sont payés de retour: nous avons plus que jamais besoin de renforcer le tissu économique européen", y déclare-t-il encore, annonçant "un déplacement à Milan et Rome en fin de semaine, à la rencontre d'autres investisseurs potentiels."

"Ces investissements montrent à quel point Ferrero est attaché à participer au dynamisme économique normand et plus globalement français", a de son côté réagi le PDG de Ferrero France, Jean-Baptiste Santoul. "Notre ancrage ne s'arrête pas à notre seule implantation sur le territoire, puisque que nous travaillons avec 70% de fournisseurs français, dont 25% normands".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie