Dans l'Eure, les cahiers de doléances seront remis au Préfet le 11 janvier 2019

Publié le Mis à jour le

Une cinquantaine de communes euroises a ouvert des cahiers de doléances. Ils ont permis de recenser les demandes des habitants des zones rurales en vue de la grande consultation citoyenne promise par le chef de l'Etat.

C'est à Daubeuf-la-Campagne, près de Louviers que les cahiers de doléances ont été rassemblés. La maire sans étiquette de la commune est aussi présidente de l'association des maires ruraux de l'Eure. Elle les transmet au fur-et-à-mesure aux services de la Préfecture.



Ces fascicules de quelques feuillets ont été à disposition des administrés pendant une quinzaine de jours dans les mairies participantes. C'est l'association des maires ruraux de France qui est à l'origine du projet. Elle souhaitait recueillir sur le papier les demandes issues du mouvement des gilets jaunes. 

L'accès aux soins, la proximité administrative pour les démarches de carte grise ou carte d'identité, la limitation à 80 kilomètres heure, et surtout le pouvoir d'achat, vivre correctement avec ce que l'on gagne sont les doléances qui reviennent le plus souvent" explique Laurance Bussière, maire de Daubeuf-la-Campagne. 

 

Emmanuel Macron dans l'Eure à la rencontre des maires ruraux



Les documents seront remis officiellement au Préfet de l'Eure et aux parlementaires du département le 11 janvier 2019. L'objectif est de pouvoir alimenter la grande consultation citoyenne promise par le Président de la République. Le chef de l'Etat entamera d'ailleurs une série de déplacements en zone rurale par l'Eure le 15 janvier. Laurance Bussière n'attend pas grand-chose de cette visite. Toutefois, elle espère que le Président "écoutera les maires ruraux, de toute façon maintenant il n'a plus le choix" indique-t-elle.



 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité