• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Un père incestueux devant les assises de l'Eure pour l'assassinat de sa fille et le meurtre de son employeur

Les scellées posées en 2014 sur le lieu du crime à Gisors / © France 3 Normandie
Les scellées posées en 2014 sur le lieu du crime à Gisors / © France 3 Normandie

C'est un procès hors norme qui s'ouvre ce lundi 3 décembre devant les assises de l'Eure : un quinquagénaire est accusé d'avoir tué sa fille, sa compagne pendant des années, avec qui il avait un enfant. Il est également accusé du meurtre de l'employeur de sa fille, chez qui elle s'était réfugiée.

Par Véronique Arnould

Les faits remontent au 7 octobre 2014 à Gisors : dans un garage de la commune, en fin de journée, des détonations de pistolet sont entendus et trois corps retrouvés au sol. Il s'agit du garagiste, de Virginie son employée, et Denis Mannechez, le père de la jeune femme. Celui-ci sera transféré au CHU de Rouen, où il restera plongé dans le coma plusieurs mois. Les deux autres sont décédés sur place des suites des coups de feu.

Le tireur, Denis Mannechez, a tenté de se donner la mort après avoir visé et tué sa fille et son employeur. Celui-ci est un jeune père de famille, il héberge alors son employée depuis peu, Virginie vient de quitter le domicile conjugal où elle vivait avec son père et leur enfant commun.
 

Le tireur, âgé de 52 ans, est déjà connu par la justice. Il a été condamné pour les viols de ses deux filles, alors adolescentes, devant la cour d'assises de l'Oise, puis de la Somme en appel, en novembre 2012. Il aura une peine moins lourde en deuxième instance, son avocat parlera alors d'inceste "consenti", dans la mesure où ses deux filles (Virginie et Betty) ne se disent pas victimes et défendent même leur père.

Il repartira libre de la cour d'Assises (après plusieurs années de détention provisoire) et retournera vivre avec sa fille aînée Virginie, avec qui il a eu un petit garçon. A l'âge de 33 ans, celle-ci décide de quitter son père incestueux, avec qui elle entretient des relations de couple depuis son adolescence. 
Elle entreprend alors des démarches pour partir avec son fils Nicolas, âgé de 12 ans. En septembre 2014, un mois avant le double homicide, Virginie et son fils quittent donc leur domicile situé dans l'Oise, elle sera notamment logée chez son employeur, au premier étage du garage Tanzo à Gisors. C'est là que son père la retrouvera.

Son avocat dira de lui, qu'il ne supportait pas l'idée de laisser partir son fils et de ne plus le voir

Il est dans un remord que je crois tout à fait sincère ... son geste (tentative de suicide) commis sur la scène de crime est aussi la démonstration qu'il est alors un homme qui se considère au bout de sa vie. Me Marc François, avocat de Denis Mannechez

Denis Mannechez, aujourd'hui âgé de 56 ans, comparait devant la cour d'assises de l'Eure pour l'assassinat de sa fille (avec préméditation et état de récidive) et le meurtre de Frédéric Piard, le garagiste. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

VIDÉO / LE REPORTAGE DE FRANCE 3 NORMANDIE (Frédéric Nicolas, Véronique Arnould et Stéphanie Pierson) Avec les interviews de
  • Me Laurent Spagnol, avocat de la famille du garagiste
  • Me Marc François, avocat de Denis Mannechez
  • Me Emilie Hilliard, avocat de l'enfant de Virginie et Denis Mannechez
  
Un père incestueux devant les assises de l'Eure

Un procès "hors-norme"

Le procès est prévu sur 3 semaines, du 3 au 21 décembre 2018. Les audiences n'auront lieu que l'après-midi, car Denis Mannechez garde des séquelles de sa tentative de suicide. Il sera transféré de l'hôpital pénitentiaire de Fresnes. Il est en fauteuil roulant, il n'a l'usage que du bras droit,  il ne peut pas parler et s'exprimera donc à l'aide d'une tablette numérique.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

blocage du lycée d'Avranches

Les + Lus