Incendies dans l'Eure : autour d'Ecaquelon, plus de 100 hectares ont brûlé, le secteur reste sous surveillance

Publié le Mis à jour le

Un incendie a ravagé plus de 100 hectares de chaume et d'épineux dans la nuit de vendredi à samedi dans l'Eure. Le plus gros feu de forêt dans le département depuis des années qui a mobilisé une centaine de pompiers durant 4 jours. Le feu est à présent fixé mais il reste sous surveillance constante.

Près de 20 départs de feux ont été déclarés vendredi 12 août 2022 dans l'Eure. Le plus conséquent est parti d'un champ de chaume à Ecaquelon, près de Pont-Audemer, avant de se propager dans la forêt domaniale de Montfort-sur-Risle. Depuis, se sont plus de 40 hectares de pinèdes et 60 hectares de chaume sont partis en fumée.

Au total, 170 sapeurs-pompiers ont été mobilisés. Parmi eux, 40 sont venus des départements voisins : Seine-Maritime, Orne, Sarthe et Loiret. 

Si le feu est maîtrisé depuis dimanche, une trentaine de pompiers du SDIS27 sont toujours sur place ce mardi 16 août pour éviter toute reprise de flamme. Pour cela, ils utilisent des drones deux fois par jour pour faire du repérage et surveiller les points chauds grâce aux caméras thermiques. 

Les drones ne sont pas la seule méthode employée. Les pompiers ont aussi collaboré étroitement avec l'ONF (Office National des Forêts). Des techniciens ont créé des cartes pour montrer aux pompiers les accès possibles pendant l'incendie.

Les pompiers ont prévu de rester jusqu'à jeudi, mais la pluie annoncée dans la journée leur permettra peut-être de lever le camp plus tôt.

Depuis 1976, il n’y avait pas eu un feu aussi important dans un massif forestier de l’Eure. Il faudra plus de 20 ans pour retrouver un boisement similaire.

Moyens renforcés pour les pompiers de l'Eure

En juillet, dans le département de l’Eure, 467 hectares de surface ont brûlé. 

En 2019, les pompiers de l’Eure avaient été mis à rude épreuve. 2.500 hectares avaient été incendiés. Depuis, ils ont changé leur stratégie pour agir plus rapidement. "Aujourd'hui, nous avons un dispositif équivalent à celui du sud de la France", nous explique le colonel Emmanuel Ducouret. Plus de matériel (dont des drones) et un système permettant d'être plus réactif en cas d'incendie...

Parmi les équipements indispensables pour protéger les communes, il y a aussi les bornes à incendies. Le maire d'Ecardenville-la-Campagne en a récemment fait le constat avec un feu de moissonneuse batteuse. "L'intervention des pompiers a été facilitée par cette réduction de distance et cette présence de bornes à proximité des lieus d'incendie."

En 2019, 90 communes du département étaient considérées comme peu protégées en cas d’incendie. Aujourd’hui, elles ne sont plus qu’une dizaine. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité