Un guet-apens sur fond de rivalité amoureuse fait une victime à Brétigny, près de Brionne

Le corps de la victime a été retrouvé dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 avril 2021. La procureure de la République d’Evreux a tenu une conférence de presse ce vendredi à 17h.

Dominique Puechmaille, procureure de la République d'Evreux, lors de sa conférence de presse ce vendredi 30 avril
Dominique Puechmaille, procureure de la République d'Evreux, lors de sa conférence de presse ce vendredi 30 avril © FTV / Magali Nicolin

Vers 23h30, mardi 27 avril, les secours sont prévenus par un automobiliste, circulant sur la RD48, qu’une voiture est en feu et que trois individus s’enfuient en courant le long de la départementale, entre Brionne et Brétigny.

Sur place, une fois l’incendie éteint, les gendarmes retrouvent un corps calciné à l’intérieur du véhicule.

Une jeune femme de 27 ans, résidant à Brionne

La victime est rapidement identifiée comme étant susceptible d’être la propriétaire du véhicule. Agée de 27 ans, salariée d’une exploitation agricole, elle ne s’est pas rendue à son travail le lendemain, le mercredi 28 avril. Ce qui permet aux enquêteurs de s’assurer qu’il s’agit bien de la victime.

Les investigations menées sur son environnement, dans son appartement et auprès de son entourage permettent d’écarter rapidement la thèse suicidaire.

Dominique Puechmaille, procureure de la République d'Evreux

L’enquête s’oriente alors vers un homme avec lequel la victime travaillait et avec lequel elle avait eu par le passé une relation sentimentale.

Rapidement, les gendarmes se concentrent sur une autre ancienne compagne de cet homme. Une femme qui avait manifestement du mal à accepter cette séparation. D’après la procureure, elle s’était d’ailleurs déjà montrée harcelante à l’égard de la victime.

Trois individus placés en garde à vue

Lors de son audition, les enquêteurs constatent que cette jeune femme de 26 ans a consulté sur son téléphone portable plusieurs sites internet évocateurs. Ces recherches portent notamment sur les techniques pour paralyser un individu et sur le type d’acide utilisé pour détruire un corps.

Entendue comme témoin, elle est placée en garde à vue le jeudi 28 avril au soir. Rapidement, elle admet s’être fait passer au téléphone pour son ex-compagnon auprès de la victime et lui avoir donné rendez-vous à son domicile.

Un guet-apens mortel

En parallèle, la commanditaire présumée demande à un ancien petit ami de lui fournir un alibi au cas où elle serait interrogée par la police. Elle fait également appel à deux autres hommes, l’un est âgé de 26 ans, l’autre de 38 ans. L’un est un ancien compagnon, déjà condamné pour violence et agression sexuelle ; le second est un ami de l’ancien compagnon de la victime.

Lors de sa conférence de presse, la procureure explique que la victime a été prise dans un guet-apens.

La victime a été attirée dans la maison de l’instigatrice du guet-apens. A son arrivée, les deux hommes sont cachés dans la salle de bains. L’un d’eux la frappe à l’aide d’un bâton. Puis, il l’étrangle avec une sangle pendant que les deux autres individus maintiennent la victime.

Dominique Puechmaille, procureure de la République d'Evreux

Les 3 auteurs présumés vont ensuite mettre le corps dans le coffre de voiture de la victime pour la conduire dans le bois où le véhicule sera retrouvé. Ils installent la jeune femme sur le siège conducteur et l’aspergent d’un liquide combustible. A l’issue des faits, chacun repart se coucher, les deux hommes venant du Calvados.

Ils risquent la perpétuité

Ce vendredi après-midi, la procureure déclare qu’une information judiciaire du chef d’assassinat, c’est-à-dire de meurtre avec préméditation, a été ouverte. Pour ces faits, les trois interpellés, qui sont tous co-auteurs présumés des faits, risquent la prison à perpétuité.

Les mises en examen sont en cours. La procureure a requis le placement en détention provisoire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers