Fêtes de fin d'année et Covid : les producteurs de cidre normands en mal de clients

Des marchés desertés en période de confinement, des marchés de Noël annulés en raison de la pandémie, des comités d'entreprises qui ne font plus de repas de fin d'année : les mois de décembre et janvier qui arrivent s'annoncent difficiles pour la filière cidricole normande. 
Difficile de vendre des bouteilles de cidre sur les marchés de la région
Difficile de vendre des bouteilles de cidre sur les marchés de la région © PELAEZ Julio/maxppp
Depuis le 30 octobre dernier et la mise en place du deuxième confinement, les cidriculteurs normands se sentent bien seuls. Les clients se font rares à la ferme ou sur les marchés et cela ne risque pas s'arranger dans les prochaines semaines.

Des marchés désertés

Même s'ils sont autorisés, les marchés sont loin d'attirer les foules en cette période de confinement. Un vrai problème pour une filière qui écoule une bonne partie de sa production en vente directe. Pour beaucoup de petits producteurs qui font une grande part de leur chiffre d'affaires sur les places des villages, la situation devient préoccupante. 
 
Damien Deslandes possède trois hectares de vergers à Villedieu-Lès-Bailleul dans l'Orne. Après une embellie post confinement en mai et juin dernier et un été relativement bon où les touristes ont acheté ses produits locaux, le retour de baton est rude. 

Depuis une semaine les marchés sont vides et contrairement au premier confinement où les parisiens s'étaient précipités dans leurs résidences secondaires en Normandie, cette fois ils ne sont pas là et on le ressent fortement.

Damien Deslandes- Producteur de pommes à cidre

Depuis le début de l'année, Damien Deslandes a vu son activité chuter de 30%. Une perte financière en partie compensée par les aides de l'Etat qui risquent de s'avérer insuffisantes si le mois de décembre se passe mal. 

Une fin d'année à risque 

Décembre et janvier sont des mois importants pour les trésoreries des fermes cidricoles. Décembre avec ses traditionnels marchés de Noël où l'on peut acheter des bouteilles de cidre ou de calvados. Beaucoup de communes ont déjà annulé ces rendez-vous et si le confinement est prolongé la situation ne va pas s'arranger.
 
Dans l'Eure, à proximité de la forêt de Lyons-la-Forêt et du château Gaillard, entre Les Andelys et Etrepagny, Eric Doré possède trente-sept hectares de pommiers. Il a  déjà effectué les trois-quarts du ramassage de ses pommes et s'interroge, maintenant, sur la suite à donner.

Dois-je transformer toutes mes pommes en cidre et prendre le risque d'avoir un stock invendu sur les bras ?

Eric Doré, le pressoir d'or


Dans sa ferme cidricole, il produit chaque année entre 800 et 1000 tonnes de pommes qu'il vend pour une bonne partie directement aux consommateurs sur les marchés ou à la ferme. Depuis le confinement, son magasin installé au coeur de son domaine est vide et la vente par internet est loin de compenser le manque à gagner.

Moins 15% pour le cidre, moins 20% pour le Calvados

La Normandie produit chaque année 130 000 tonnes de pommes à cidre, ce qui en fait la première région productrice de France. Avec la crise sanitaire, les ventes de cidre ont baissé de 15% et celle de calvados de 20%. Le président national de la fédération profesionnelle, qui possède une exploitation dans le Bessin, alerte les autorités sur les conséquences d'un prolongement du confinement.

Si le confinement est prolongé jusqu'à janvier ou février 2021, la situation des producteurs de cidre va devenir difficile. Nous concentrons avec l'épiphanie et la chandeleur 20 à 25% des ventes de l'année à cette période

Thomas Pelletier , le président national des producteurs de fruits à cidre

Pour soutenir la filière , les producteurs appellent les consommateurs et les élus normands à acheter le cidre local. Une demande appuyée par la maison cidricole de Normandie qui multiplie les campagnes de promotion sur les réseaux sociaux.
 

Les boissons normandes, on les adore ! À vous de le dire haut et fort tout l'été pour soutenir la filière des...

Publiée par Maison Cidricole de Normandie sur Lundi 22 juin 2020

Les producteurs normands croisent les doigts pour ne pas vivre un troisième confinement début 2021. "Une galette des rois, ca se partage comme une bouteille de cidre",  rappelle Thomas Pelletier. Et manquer ce rendez-vous convivial serait très préjudiciable, pour l'ensemble de la profession.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie région normandie covid-19 société