Fin du confinement pour les élèves et rentrée scolaire en mai : inquiétude en Normandie

L'annonce lundi dernier par le président de la République du retour des élèves dans les écoles le 11 mai suscite réactions et questions des enseignants et des parents d'élèves
 
Une salle de classe d'un collège de l'Eure (Archives)
Une salle de classe d'un collège de l'Eure (Archives) © Eric Lombaert / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
Pour les syndicats d'enseignants cette "rentrée post-confinement" de mai 2020 pose un certain nombre de problèmes et ne peut se faire qu'avec des garanties pour préserver la santé, sinon des droits de retraits sont à prévoir.

C'est ce qu'a déclaré le syndicat le SNUipp-FSU 76 ce mercredi 15 avril au CDE de Seine-Maritime (Conseil Départemental de l’Éducation Nationale) :
"L’école n’est pas une garderie pour permettre la reprise de l’activité économique, les professeurs et les élèves doivent pouvoir être libérés de tout souci sanitaire pour pouvoir se consacrer pleinement aux acquisitions scolaires.
Le service public d’Education nationale doit garantir la sécurité sanitaire de tous ses personnels, de tous les élèves et de leur famille".

Si tel n’est pas le cas, la FSU sera aux côtés des personnels qui soucieux de leur santé et de la santé de leurs élèves et de leur famille, exerceront leur droit de retrait.


La notion d'espace et de distance est aussi une question évoquée par les enseignants syndiqués, parmi "plein de  problèmes qu'il va falloir envisager avant vraiment de se pencher sur la réouverture des écoles":

S'il faut toujours respecter les règles de distanciation sociales, il est évident que des classes à 35 où les élèves sont deux par table dans des espaces très réduits, il faut effectivement envisager des groupes plus petits et sans doute des circulations alternées lors des intercours. Et voir comment gérer les cours de récréation et les réfectoires. 
- Claire Marie Feret, du syndicat SNES-FSU 76


Interrogations aussi du côté des parents d'élèves, notamment sur l'hygiène et la façon d'appliquer les "gestes barrière"

On sait que dans les écoles françaises, malheureusement, y a pas toujours du savon dans les toilettes, dans des conditions d'hygiène qui sont pas terribles terribles, donc là il faudra être hyper attentifs.
On n'a pas le choix !

- Carole Lecomte, présidente de la FCPE 14

durée de la vidéo: 01 min 06
Rentrée en mai : des questions se posent

   

Le rectorat rassure

Interrogée hier dans le JT 19/20 sur les modalités de cette rentrée, Christine Gavini-Chevet, rectrice de l'académie de Normandie a voulu rassurer parents et enseignants :

"La santé, c'est notre priorité !  C'est d'assurer la sécurité sanitaire des élèves, mais aussi des personnels, d'où la nécessité d'organiser les choses autrement de ce que nous faisons habituellement."

Le mot d'ordre c'est d'abord la progressivité. C'est à dire qu'on ne fera pas rentrer tout le monde comme d'habitude dans les écoles comme une rentrée. Ça se passera autrement ; et puis bien sûr l'objectif c'est quand même de compenser les inégalités qui auraient pu naître de la continuité pédagogique. Nous savons que certains élèves n'ont pas bien suivi pendant cette période de confinement, et donc l'objectif c'est quand même d'abord de s'adresser à ces élèves
- Christine Gavini-Chevet, rectrice de l'académie de Normandie le 14 avril 2020 à France 3 Normandie

Quelle rentrée scolaire en mai 2020 ?
VIDEO : Christine Gavini-Chevet dans le JT de France 3 Normandie
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement : école à la maison éducation