Gymnastique. L’entraîneur du club de Rouen suspendu après des accusations de violences.

Eric Demay, coach de l’Elan Gymnique Rouennais, est visé par des accusations de violences psychologiques sur d’anciennes joueuses. Des faits prescrits mais qui ont conduit la commission disciplinaire de la Fédération française de gymnastique à suspendre sa licence. Une décision incompréhensible pour le personnel du club et ses gymnastes.

L’entraîneur de l’Elan Gymnique Rouennais, Eric Demay, est suspendu jusqu'à la fin du mois d'août 2024. La décision a été prise par la Fédération Française de Gymnastique suite à la diffusion d’un reportage sur France 3 dans lequel d’anciennes gymnastes accusent le coach de violences physiques et psychologiques à leur encontre.

« C'est quand que tu vas arrêter de grossir ? »

Dans le reportage diffusé sur Stade 2 en mai 2023, Clara Della Vedova, gymnaste de haut niveau rapporte des propos qui lui auraient été adressés par Eric Demay.

Un jour, j’étais à l’entraînement, au saut de cheval, il me regarde de haut en bas, me dit c’est quand que tu vas arrêter de grossir?

Clara Della Vedova, gymnaste

Extrait de Stade 2 - mai 2023

Des mots violents, monnaie courante selon l’athlète.

Au micro de Stade 2, la gymnaste et une seconde sportive de haut niveau, entraînées par Eric Demay, dénoncent un coaching souvent brutal, et une pression permanente.

Des engagements de la part de la FFG

Les faits, prescrits, se seraient produits entre 2009 et 2013 alors qu’Eric Demay dirigeait l’équipe nationale des seniors à l’INSEP, à Paris.

Suite à la diffusion du reportage, la Fédération Française de Gymnastique avait été reçue par la Ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra et de Fabienne Bourdais, directrice des sports et déléguée interministérielle à la lutte contre les violences dans le sport.

Licence suspendue jusqu'au mois d'août 2024

Une commission disciplinaire de la FFGym s'est réunie le 27 octobre. La Fédération a par la suite annoncé avoir pris des sanctions à l'encontre du coach.

Dans un courrier daté du 30 octobre, elle notifie à l'entraîneur son interdiction de participer à l’organisation et au déroulement des compétitions sportives ainsi que de la suspension de sa licence jusqu'au 31 août 2024. Ce retrait est assorti de deux ans de sursis à partir du 1er septembre 2024.

Une décision fédérale contestée par le club

Alain Kügel, le président de l’Elan Gymnique Rouennais, où le coach officie désormais, ne comprend pas cette décision.

Avant de l'embaucher, on a fait faire une enquête par les services de l'Etat, on a vérifié sa carte professionnelle, tout était en ordre. Il est là depuis 15 mois et depuis son arrivée, on a une équipe de gymnastes et des parents heureux, une équipe prête à aller sur les podiums... Tout se passait bien jusqu'au jour où il y a eu cette émission

Alain Kügel, président de l'Elan Gymnique Rouennais

Embauché en 2022, Eric Demay est salarié du club et peut continuer à exercer, même sans licence.

Pour Alain Kügel, hors de question de mettre un terme à une collaboration avec un entraîneur rigoureux. "Si demain, on enlève la carte professionnelle d'Eric Demay, moi j'arrête le haut niveau à l'EGR" conclut le président.

Du côté des sportives, ces annonces ont été accueillies avec appréhension. Plusieurs jeunes gymnases rencontrées décrivent un entraîneur impliqué, motivant, sachant employer "des termes simples pour [leur] parler et [les] tirer vers le haut."

La mère d'une des élèves déplore que la FFGym n'ait pas entendu les gymnastes de l'EGR : "la fédération française n’est jamais venue les voir. Elle n'a pas cherché à avoir leur retour, ni même pour écouter le positif."

Ouverture d'une enquête

L’entraîneur, que l’on dit au sein du club perturbé par la situation, n’a pas souhaité s’exprimer. Une enquête administrative a été ouverte. Le président de l’Elan Gymnique Rouennais ainsi que son directeur seront entendus dans les prochains jours.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité