L’huître de Veules-les-Roses, star des réveillons

Depuis 20 ans, la réputation de l’huître de Veules-les-Roses appelée "la Veulaise" n’est plus à faire. Médaillée à plusieurs reprises au salon de l’agriculture, elle est forcément très demandée lors des fêtes de fin d’année.

En 1997, les premières tables ostréicoles étaient implantées sur le littoral de Veules les Roses. Depuis la réputation de cette huître n'est plus à faire.
En 1997, les premières tables ostréicoles étaient implantées sur le littoral de Veules les Roses. Depuis la réputation de cette huître n'est plus à faire. © France 3 Normandie/Bruno Belamri
Pour faire face à la demande toujours plus grande, les élus des communes de la côte d’Albâtre souhaitent développer sa production. Son environnement donne un goût raffiné bien iodé et une texture charnue à ce produit qui se retrouve sur les tables parisiennes.
Le secret de la fierté du village ? Une combinaison d'éléments naturels favorables :

Il y a une abondance de plancton et le phénomène de la craie, la mer tape au pied des falaises et l’eau est chargée de calcaire, à cela s’ajoute des sources d’eau douce. Gérard Gallot, ostréiculteur


Sa renommée s’étend jusqu'à Hong Kong

Le maire de Veules-les-Roses et d'autres communes de la côte veulent miser sur ce succès et créer de nouveaux parcs à huîtres. Pour cela, ils regardent du côté de Sotteville, Saint-Aubin et Quiberville car le littoral de Veules a ses limites :

Depuis une vingtaine d’années le sable arrive sur la côte, ce qui est bien pour le tourisme mais moins pour les huîtres. Quatre exploitants sur cinq n’arrivent pas à avoir leurs deux hectares respectifs donc on cherche à agrandir les exploitations pour que chacun obtienne ses deux hectares car la demande pour l’huître de Veules est très forte. Jean-Claude Claire, Maire (SE) de Veules-les-Roses


Les maires attendent le feu vert de la préfecture puis une expérimentation de 3 ans commencera avant que de nouveaux ostréiculteurs s'installent. A la clé : de l'emploi et surtout plus d'huîtres pour les gourmands.
   
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'albâtre gastronomie sorties et loisirs mer nouvel an société consommation économie