Incendie de Lubrizol à Rouen : vers une levée des séquestres pour le lait ?

© F3Normandie
© F3Normandie

 "Pour le lait, tous les prélèvements étaient négatifs", a assuré le ministre de l'Agriculture, le  11 octobre à Rouen. La préfecture devrait donc annoncer la reprise de la commercialisation. Au grand soulagement des éleveurs qui attendent avec impatience le feu vert de la préfecture .

Par Béatrice Rabelle

Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, sont venus à Rouen dans la volonté d' installer un "comité pour la transparence et le dialogue" après l'incendie de l'usine Lubrizol. 

Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a assuré lors du point presse dans la matinée : 

Pour le lait, tous les prélèvements étaient négatifs

Il se base sur les résultats des prélèvements effectués sur les exploitations laitières, qui ont révélé des taux de dioxine " 10 fois inférieurs à la moyenne"
 
Le ministre de l'agriculture Didier Guillaume annonce la levée des séquestres sur le lait des 112 communes de Seine-Maritime


Dans son tweet, le ministre de l'agriculture annonce qu'il n'y a donc pas de risque avéré et que la préfecture lèvera les séquestres sur le lait dans l'après-midi 
 


 La préfecture de Seine-Martime avait demandé au lendemain de l'incendie de l'usine Lubrizol  que soient consignés "jusqu'à l'obtention de garanties sanitaires", le lait collecté issu d'élevages dont les vaches étaient au pâturage.

Les mesures concernaient 112 communes de Seine-Maritime,  462 éleveurs concernés ont dû jeter des milliers de litres de lait.
 

Des éleveurs soulagés à l'idée de remettre leurs vaches au pré


Parmi eux, Augustin Guéroult, récemment installé à Brémontier-Merval. Il a été contraint de jeter 58 000 litres de lait depuis le 26 septembre. Un crève-coeur :
 

Ca a été dur ! surtout au début de la période. Le fait de pouvoir reprendre c'est une bonne chose.

Dès qu'il aura le feu vert de la préfecture, le jeune éleveur remettra ses 150 vaches laitières, confinées depuis 15 jours, au pâturage.
Pour la première fois, ce vendredi 11 octobre, il ne jettera pas son lait dans le fossé, mais il le consignera. L'industriel pourra venir le prélever, si les déclarations du ministre sont confirmées, dès dimanche.

Ce vendredi soir, les éleveurs étaient encore dans l'attente de l'avis écrit de l'ANSES, l'agence nationale de sécurité sanitaire, pour pouvoir lever les interdictions. A 19 h30, ce vendredi 11 octobre, les mesures de consignation et de destruction n'avaient en effet toujours pas été levées. 

Pour dénoncer cette situation, les éleveurs ont donc décidé de manifester à 20 h30 devant la préfecture de Rouen, ils sont invités à venir avec des échantillons de lait.
 

Levée de l'interdiction de la vente de lait : le soulagement d'un éleveur de Brémontier-Merval

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus