Indice UV : en Normandie, ça cogne aussi !

Publié le
Écrit par Stéphanie Letournel avec Felix Bollez

Les rayons du soleil entament considérablement notre capital solaire si l’on ne se protège pas. Et le nord de la France n'est pas épargné.

Le soleil est bon pour le moral mais peu s’avérer redoutable pour nos yeux et notre peau. L’été entre 11-12h et 16-17h, les rayons ultra-violets sont particulièrement dangereux, même dans le nord de la France.

« On prend la crème solaire pour la plage, mais c‘est vrai qu’à Rouen on y pense moins », confie une promeneuse sur les quais de Seine. Pourtant, avec un indice UV de 9 ce jour-là, l’intensité du soleil s’avère très élevée et toxique sans protection.

Chaque peau est plus au moins sensible mais le docteur Stéphane Pertuet, secrétaire général de l’union régionale des médecins libéraux de Normandie, rappelle que notre capital solaire s’épuise avec le temps. Nous naissons tous avec un capital solaire, capacité de notre peau à se réparer, et ce capital n’est pas illimité dans le temps. « Une fois qu’il est consommé, les problèmes de peau et les cancers apparaissent », souligne Stéphane Pertuet.

Alors non, nous ne sommes pas tous égaux en termes de capital solaire. « Si vous êtes blond à taches de rousseur et que vous rougissez plus que vous ne brunissez, vous êtes beaucoup plus à risque que si vous êtes un phototype de type 4 peau brune, très brune ou phototype 5, peau noire », explique le docteur.

Dangers invisibles des rayons ultraviolets

Il y a les UVA et des UVB avec des longueurs d’ondes différentes et les deux sont toxiques. « Les UVA pénètrent pus profondément dans le derme en provoquant le vieillissement de la peau, des rides, taches brunes, cancers de la peau. Les UVB sont des ondes plus courtes qui pénètrent moins profondément et provoquent les coups de soleil, cloques et aussi cancers de la peau tels que carcinomes basocellulaires et tristement célèbres mélanomes », développe le docteur.

En bord de mer, attention au piège du petit vent de Nord-Est qui vous rafraîchit la peau et peut vous faire croire que le soleil frappe moins fort alors qu’en fait vous êtes en train de brûler… S’ajoutent les surfaces telles que le sable et la mer qui renvoient les rayons lumineux, autrement dit, la réverbération. Attention aussi, aux nuages, qui ne filtrent pas tous les rayons. Plus ils sont hauts, plus ils laissent passer les UV. Autrement dit, seul un ciel gris avec des nuages bas vous protège du soleil.

« En protégeant les enfants aujourd’hui, on diminuera les cancers de la peau dans vingt, trente ans »

Docteur Stéphane Pertuet, secrétaire général de l’union régionale des médecins libéraux de Normandie

Chapeau, lunettes et vêtements anti-UV

Pour ceux qui ne souhaitent pas rester à l’ombre, la crème solaire toutes les deux heures est une alliée indispensable à chaque exposition au soleil.

Pour les grands et surtout les petits, les vêtements anti-UV restent la meilleure protection. « Je vois apparaitre des cancers de la peau chez les cinquante, soixante ans. Et quand on les interroge, ils nous expliquent très bien qu’enfants on ne les protégeait pas… Pas de chapeau, pas de lunettes de soleil, pas de crème solaire et on allait à la plage à 13 heures et c’était la norme ! », s’exclame le docteur.

« En protégeant les enfants aujourd’hui, on diminuera les cancers de la peau dans vingt, trente ans. Ces cancers de la peau, les mélanomes, sont aujourd’hui en augmentation en Europe et en particulier en France parce qu’on paye cette absence de politique de prévention dans les années 1960-1970 », développe Stéphane Pertuet.

Les médecins généralistes peuvent diagnostiquer l’état de la peau… En cas de doute sur une lésion cutané, un examen dermatologique est recommandé. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité