A Lisieux, Voeckler et Rolland en communion

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pierre-Marie Puaud

Les deux coéquipiers ont franchi la ligne d'arrivée en tête, main dans la main. Le public n'attendait que cela.

video title

video title

Les héros du Tour à Lisieux

Thomas Voekler a attiré la grande foule à Lisieux pour le premier des criteriums d'après-Tour, deux jours seulement après l'arrivée sur les Champs-Elysée. Les lexoviens sont gâtés : le Tour de France avait déjà fait étape au pied de la basilique le 7 juillet.

C'est un peu comme au cinéma : les vedettes se réservent les premiers rôles. Les enfants-chéris du public, Pierre Rolland et Thomas Voeckler ont coupé la ligne d'arrivée ensemble, le meilleur jeune du Tour devançant d'un boyau son coéquipier qui a chèrement défendu son maillot jaune sur la grande boucle.

Jérémy Roy, lauréat du prix de la combativité et Sylvain Chavanel, le champion de france ont pris la 3° et la 4° place. Sur le podium, les champions ont arrosé le public de champagne, en souvenir de la pluvieuse arrivée du Tour à Lisieux le 7 juillet.



A Lisieux, Thomas Voeckler aura au moins pu mesurer son immense popularité. « Je m’en doutais un peu admet-il, lui qui a entendu crier son nom des jours durant sur la route du Tour. Mais disons qu’aujourd’hui, je suis plus détendu, et c’est agréable. » Dans les rues de Lisieux, c’est encore lui que le public est venu voir. « J’arrive du Galibier, claironne un supporter, tout de jaune vêtu. Et je viens soutenir mon ami Thomas Voeckler  ». Invité du journal de France 3 Basse-Normandie, le héros se fait modeste : « je n’ai pas d’explication. J’ai juste donné le maximum sur le Tour, mais je n’ai pas changé ma manière de faire du vélo. Si les gens aiment bien, tant mieux ! Tout ce que je sais, c’est que je n’ai jamais fait croire monts et merveille non plus. J’ai juste dit que j’allais me battre, et les gens ont bien accroché ».

Les criteriums : le tour d'après-Tour

Comme il est désormais de tradition, le mardi qui suit l'arrivée sur les Champs-Elysées, Lisieux inaugure la tournée des critériums d'après-Tour. Une journée de repos seulement… « Sincèrement, le corps est habitué à faire du vélo, explique Thomas Voeckler. Depuis le 1° décembre, je n’ai jamais passé plus de trois jours sans pédaler, ajoute le leader du Team Europcar qui en est à son 79° jour de course en 2011, critérium de Lisieux compris. Lundi, je n’ai pas fait un mètre, ça manquait un peu au niveau physique.  Après, la tête… je ne cracherais pas sur une journée de vacances en plus  ».

Bien que lessivés par trois semaines d'efforts dans la grande boucle, les coureurs ne manquent jamais ces épreuves populaires, et surtout, sonnantes et trébuchantes. Les critériums permettent de monnayer un maillot chèrement défendu sur le Tour, une victoire d'étape ou une échappée remarquée à la télé. A Lisieux, les organisateurs disposent d'un budget de 85 000 euros, dont à peu près la moitié est destinée aux coureurs (primes à l'engagement, et dotations à l'arrivée). « Mais, ajoute Thomas Voeckler, les critériums c’est aussi une ambiance unique. On ne peut pas vivre ça ailleurs sur les courses internationales du calendrier. Il y a trop d’enjeu. Ici, on vient en famille alors qu’on en est séparé toute l’année. C’est une ambiance différente, qu’on apprécie.  » Dans une ambiance de kermesse, les forçats du Tour sont donc invités à donner quelques coups de pédales supplémentaires, pour le spectacle. Ils disent qu’ils font le métier.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité