Inutile d'accélérer avant le couvre-feu : la gendarmerie certifie que "votre voiture ne sera pas changée en citrouille"

L'humour est-elle l'arme ultime pour lutter contre l'insécurité routière ? Dans la Manche, les gendarmes se réfèrent au mythe de Cendrillon pour ramener à la raison les usagers trop pressés. 

Un embouteillage après 18h ?
Un embouteillage après 18h ? © PHOTOSHOT/MAXPPP

Les pages Facebook des gendarmes de notre région en témoignent, jour après jour : depuis l'instauration du couvre-feu à 18h, le grand excès de vitesse est l'affaire des fins d'après-midi. Plutôt que de risquer une amende faute d'être rentré à l'heure, il est parfois tentant de forcer l'allure. Le choix n'est guère judicieux : l'excès de vitesse est aussi sanctionné d'une amende et il peut coûter très cher en cas d'accident.

#SécuritéRoutière sécurité routière : grand excès de vitesse. Le 14 février 2021 à 17h15, une patrouille composée d'un...

Publiée par Gendarmerie de l'Orne sur Lundi 15 février 2021

Est-ce, par exemple, ce qui animait le conducteur contrôlé le 14 janvier à Argentan ? À 17h15, sa voiture est chronométrée à 175 km/h sur la route départementale 958 où la vitesse est limitée à 90 km/h. L'histoire ne dit pas comment il a "justifié" un pareil écart. 

[#SécuritéRoutière] ✋ Respecter le couvre-feu, c'est bien. Le faire en respectant le Code de la route et en ne mettant...

Publiée par Gendarmerie du Calvados sur Mercredi 27 janvier 2021

Parfois, la franchise des automobilistes a quelque chose de désarmant. Le 21 janvier, entre Falaise et Caen, un véhicule est contrôlé à 161 km/h "un axe où la vitesse est limitée au maximum à 110 km/h", soulignent les gendarmes. Pourquoi ? "Le conducteur, qui demeure à Caen, a expliqué aux gendarmes qu'il roulait vite pour être rentré avant le #CouvreFeu."

CE N'EST PAS LA PEINE DE PRENDRE DES RISQUES POUR RENTRER À L'HEURE ! #SécuritéRoutière Les 👮👮‍♀️ de l'escadron...

Publiée par Gendarmerie de la Manche sur Lundi 15 février 2021

 

"CE N'EST PAS LA PEINE DE PRENDRE DES RISQUES POUR RENTRER À L'HEURE !", écrivent les gendarmes de la Manche (en lettres majuscules). La suite du post adopte un ton nettement moins martial et beaucoup plus imagé. "Rassurez-vous, votre voiture ne sera pas changée en citrouille et les gendarmes savent faire preuve de discernement. Mieux vaut respecter les limitations de vitesse ! Vous pourrez ainsi épargner des vies."

 

Les farces de l'ordre

L'humour peut-il ramener un automobiliste à la raison ? Le rire a-t-il des vertus pédagogiques ? La science n'a pas totalement tranché ces questions, mais en ces temps déprimants, il n'est pas interdit de sourire. La gendarmerie des Vosges s'est taillé une belle réputation depuis quelques mois sur les réseaux sociaux où ses publications décalées sont attendues par des milliers de followers.

"Quand on est arrivé sur Twitter, nos messages étaient assez institutionnels, et on a vite vu que c’était une communication inaudible. Alors, on a institué des messages plus décalés, et ça a cartonné", expliquent-ils dans un article du Monde intitulé : les farces de l'ordre. "On voulait dédramatiser la relation, s’adresser aux gens sur les réseaux sociaux comme on s’adresse à eux sur les marchés, avec cordialité, taquinerie, humourEt puis on voulait sortir de l’image réductrice qu’on a de la gendarmerie : GIGN, radars, Gendarme de Saint-Tropez. On voulait montrer que les gendarmes, ce sont aussi des gens qui vivent sur des territoires, qui y pratiquent des activités, qui ont des enfants et des références populaires".

Faut-il pour autant se laisser abuser par le sourire du gendarme ? Rappeler les règles avec humour n'interdit évidemment pas de sévir, ce que les militaires d'Épinal résument ainsi :

Affirmatif !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité