Journée mondiale sans tabac, un geste pour la santé et pour la planète

Publié le Mis à jour le
Écrit par Agathe Tournoux .

Les risques du tabac pour la santé sont connus de tous et la lutte contre la tabagisme est devenue une priorité des services publics. Pour cette vingt-cinquième journée mondiale sans tabac, c'est l'empreinte écologique de l'industrie qui est abordée.

Alors que la question environnementale mobilise de plus en plus, l'organisation mondiale pour la santé (OMS) a voulu montrer et expliquer l'impact néfaste du tabac sur l'environnement. Un aspect moins connu de l'épidémie tabagique, mais tout aussi dévastateur. L’industrie du tabac est considérée comme l’une des industries les plus polluantes au monde

Le tabac porte atteinte à l’environnement de multiples manières

L'industrie du tabac est la cause de plus de 70 000 morts chaque année en France. Un macabre bilan qui ne s'arrête pas là. De la culture du plant de tabac aux produits chimiques qui la composent, jusqu’à la gestion des déchets des mégots en passant par le packaging des cigarettes, l’ensemble du cycle de vie d’une cigarette ou d’un autre produit du tabac porte grandement atteinte à l’environnement.

L'industrie du tabac, responsable de 5% de la déforestation mondiale

Selon l'OMS, six billions (milliers de milliards) de cigarettes sont produites à travers le monde. Une production vertigineuse qui requiert beaucoup d'espace.  

D'après, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), plus de 3 millions d’hectares de terres arables y étaient dédiées en 2020, principalement dans des pays à revenu faible et intermédiaire. Cela implique de déforester pour planter toujours plus. Au Brésil, plus de 74 000 hectares de forêt ont été transformés en champs de tabac entre 1990 et 2007, et en Chine, c'est 16.000 hectares d'arbres coupés chaque année pour l'industrie du tabac. 

Il y a aussi l'étape du séchage des feuilles qui est réalisée grâce à de gigantesques fourneaux à charbon ou à bois. Il faut brûler un arbre pour sécher les feuilles contenues dans environ 300 cigarettes, rapporte l’OMS

La culture du tabac, grande consommatrice d'engrais de synthèse 

Le tabac fait partie des dix cultures ayant le plus recours aux engrais de synthèse. Ses champs sont inondés de pesticides, dont certains (comme le DDT, un insecticide organochloré classé « cancérogène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer) sont interdits dans la plupart des pays occidentaux.

Afin de contourner les interdits et de maximiser ses profits, l'industrie du tabac s'est installée dans des pays où les normes environnementales et le droit du travail sont faibles. Chaque année, entre 1 et 5 millions d’empoisonnements aux pesticides sont signalés, entraînant la mort d’environ 20 000 travailleurs agricoles dans le monde. La plupart ne portent jamais de gants et n'utilisent aucune protection. 

Ils sont aussi peu regardant en ce qui concerne le travail des enfants. Au Malawi, l'un des principaux producteurs, 30 % des personnes travaillant dans les plantations de tabac sont mineures, d'après l'OMS. Certains sont âgés d'à peine cinq ans. Ils sont aussi les principales victimes de la maladie du "tabac vert", une forme d'empoisonnement à la nicotine par la peau. 

Fumeurs, pollueurs

Dernière étape du cycle de vie d'une cigarette, la fumée. Cette dernière contient plus de 4 000 substances chimiques, dont 250 sont nocives et 50 sont cancérigènes. Une « taffe » émet dans l’atmosphère un ensemble de substances cancérigènes, de formaldéhyde, de dioxyde de carbone, de méthane, de protoxyde d’azote, de métaux toxiques et autres composés organiques volatiles. Une pollution atmosphérique certes faible mais qui a un impact direct sur l'entourage, c'est ce que l'on appelle le tabagisme passif.  

Enfin 60% des fumeurs jetteraient leur mégot par terre, soit 4 500 milliards, qui se répandent dans l'environnement. Un seul mégot peut polluer jusqu'à 100 litres d'eau, ce qui en fait la première source de pollution des cours d'eau et des océans.

25 millions de tonnes de déchets solides

Entre les mégots qui contiennent des micro plastiques, les emballages, le papier, l'industrie du tabac produit à elle seule chaque année 25 millions de tonnes de déchets solides et contribuerait de manière significative à l'accumulation de la pollution plastique dans le monde. L'arrivée de nouveaux produits dérivés du tabac, telle que les cigarettes électroniques ne présagent rien de bon. Les matériaux qu'elles contiennent ne sont ni réutilisables, ni recyclables. Selon l'OMS, leurs cartouches pourraient devenir "les mégots du futur"

Une étude de l’Imperial College de Londres a démontré que derrière chaque cigarette se cachent 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14g de CO2 dans l’atmosphère.

Pour Marie Von der Schueren, médecin tabacologue au CHU de Caen, aborder l'aspect environnemental du tabac pourrait "toucher d'avantage les jeunes générations, qui sont beaucoup plus sensibles aux questions climatiques et qui représentent l'espoir d'un avenir sans tabac". Aujourd'hui en France, 3 adultes sur 10 sont fumeurs.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité