L'hyperflexion n'est pas la seule maltraitance à faire débat sur les réseaux sociaux

Le débat sur l'hyperflexion a beaucoup tourné dans le monde du cheval en 2015. 2016 devrait lui donner plus d’ampleur avec le succès que rencontre la défense de la cause animale, notamment sur les réseaux sociaux. La Suisse, très en pointe, a donné le ton.

C’était un serpent de mer. On parlait beaucoup de l'Hyperflexion. La Fédération Internationale avait déjà commencé à statuer. Et puis voici un an, la Suisse, très en pointe sur le bien être de nos amis les chevaux a interdit très officiellement cette méthode mais avec elle un certain nombre de pratiques sur et autour des chevaux pour cause de maltraitance. Revue de détail :

L'hyperflexion de l'encolure ou rollkür… Vous l’avez déjà vu 100 fois, à la détente sur les terrains de concours, ou même dans certains clubs et écuries. Et cela quelle que soit la spécialité. Le cheval encapuchonné à l’extrême, le nez dans le poitrail… De façon intentionnelle et prolongée. C’est une méthode utilisée. Elle peut avoir plusieurs objectifs. comme favoriser un geste spectaculaire des antérieurs. Elle est d'ailleurs prisée parfois en dressage. Elle permet aussi de mettre un cheval dans sa « boîte » pour certains dresseurs de l’équitation western, voire en CSO pour bien maîtriser les chevaux.


Certaines vidéos tournent avec ses effets de "langue bleue".

Effets sur la santé

Il a été prouvé que cette pratique est susceptible de produire des douleurs cervicales, des maux de tête mais aussi du stress. A noter que le Le rollkür est déjà sanctionné par la Fédération Equestre Internationale dès lors qu’il est observé pendant une longue période et en force.
Des pétitions ont été lancées et trouvent de l'échos dans tous les pays européens.

Aussi les chocs électriques

La Suisse a interdit aussi la caudectomie (ablation de la queue). Elle rejoint en cela la France et la Belgique, pays dans lesquels c’est encore pratiqué parfois pour quelques chevaux de traits. Il a été prouvé que privé de sa queue, le cheval ne peut plus chasser les mouches (et l’été cela devient pour lui un véritable enfer). Cela perturbe son équilibre et le prive d’un moyen efficace pour exprimer ses émotions, notamment vis à vis de ses congénères.

Les chocs électriques sont aujourd’hui également interdits. Qui ne l’a jamais vu faire pour aider un cheval très récalcitrant à monter dans un moyen de transport ?
Tout comme l’est l’attache de la langue (utilisée parfois en course de trot ou en dressage).


Le barrage est une pratique interdite qui vaut des remontrances si elle est observée sur un terrain de concours, mais elle fait partie des interdictions en Suisse. « Barrer » un cheval c’est monter une barre et le toucher au moment du saut pour inciter le sujet à l’obstacle suivant à ne plus toucher.

Les chevaux qui se sont vus sectionnés les nerfs des jambes à la suite de blessures ou douleurs chroniques ne pourront plus participer à une compétition. Tout comme il est clairement écrit l’interdiction d’appliquer des produits chauffants sur les tendons, qui ont pour conséquences des impressions de brûlure quand un cheval touche une barre.

Exit très officiellement aussi les ferrures visant à obtenir des positions ou mouvements non naturels… Dans la ligne de mire, certains entraîneurs de trot qui n’hésitent pas à charger les chevaux à l’entraînement avec des cloches alourdies et des poids dans les fers avant que de les déferrer pour la course…
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cheval sport équitation animaux sorties et loisirs