Législatives 2022 : Hervé Morin veut rassembler la Droite et le Centre avec l'étiquette "Normandie Conquérante"

Le président de la région Normandie entend constituer un collectif de Normands "non soluble dans le Macronisme", afin de défendre "à l'Assemblée Nationale la Normandie et ses projets dans la droite ligne de la majorité régionale". Il assure être soutenu par les parlementaires de la Droite et du Centre.

La défaite humiliante de Valérie Pécresse à l'élection présidentielle laisse la Droite groggy. Les législatives approchent à grand pas et la voie entre le Macronisme et l'Extrême-Droite n'a jamais semblé aussi étroite. Les étiquettes des partis politiques traditionnels n'ont rien de très vendeur. C'est le moment choisi par Hervé Morin pour lancer son écurie. 

"Est-ce qu'on a besoin d'une Assemblée monocolore ?"

Le président de la région Normandie semble redouter un nouveau raz-de-marée aux législatives : "Il ne pourrait y avoir pire pour la démocratie française qu'une chambre de députés uniforme avec un groupe de la majorité marchant au pas des casernes". Hervé Morin, toujours aussi peu "Macron-compatible", entend donc constituer "un collectif" qui serait l'émanation de sa majorité au conseil régional.

"Il faut obliger le président de la République au dialogue, expliquait-il sur le plateau de France 3 Normandie cette semaine. Notre intention, sous la bannière de la Normandie Conquérante, c'est de porter notre projet politique et en même temps rappeler qu'il y a une obligation de prendre en compte les intérêts normands. Pourquoi le gouvernement nous maltraite ? Pourquoi si peu d'argent, par exemple, pour nos universités ? Je veux des parlementaires capables de mener la bataille à Paris. Nous ne voulons plus des députés passe-muraille".

Une vingtaine de candidat(e)s

La Normandie Conquérante a déjà adoubé une vingtaine de candidates et de candidats dans les cinq départements de la région. Ils étaient réunis autour d'Hervé Morin ce mercredi 27 avril à Colombelles près de Caen. "Nous avons un état d'esprit conquérant", explique Jean-René Binet. Le maire de Hauteville-sur-mer se présente dans la 3e circonscription de la Manche face à l'ancien ministre Stéphane Travert (LREM). Du bout des lèvres, il confesse son appartenance aux Républicains, mais pour cette élection, ce sera "la Normandie d'abord. Je veux être un député représentant le territoire et non pas un député qui représente le président dans le territoire".

"Je serai un député labellisé territoire", renchérit Thomas Elexhauser qui se présente dans la 3e circonscription de l'Eure sous l'étiquette "union de la droite et du Centre, avec le soutien d'Hervé Morin". Le candidat promet, s'il est élu, de "reconstruire le lien entre les habitants et le député et de défendre à Paris les problématiques d'accès aux transports, au numérique et à la santé".

La Normandie Conquérante peut-elle espérer des élus à l'Assemblée Nationale ? À Colombelles, Hervé Morin revendique le soutien des députés sortants de la Droite et du Centre. Seule Nathalie Porte a fait le déplacement, mais la députée du Calvados qui siège avec les Républicains ne souhaite pas s'exprimer devant la presse. "Nous avons gagné toutes les élections intermédiaires, nous avons gagné largement les élections régionales, Nous disons à nos électeurs que les candidats auront une démarche d'humilité et de proximité pour défendre collectivement la Normandie".