• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Avranches: un an de prison ferme pour les tireurs du kebab

Photo d'illustration. / © DAMIEN MEYER / AFP
Photo d'illustration. / © DAMIEN MEYER / AFP

Deux jeunes hommes proches de l'extrême droite ont été condamnés à deux ans de prison dont un ferme pour avoir tiré sur la vitrine d'un vendeur de kebab turc en Normandie après les attentats du 13 novembre, un acte islamophobe selon le parquet.

Par EF avec AFP

"C'est un acte islamophobe, revendiqué comme tel. L'enquête l'a démontré. Ils s'entendaient très bien avec le propriétaire turc de ce kebab, mais ils voulaient s'en prendre à l'islam" après les attentats de Paris, a résumé jeudi le procureur de la République de Coutances, Renaud Gaudeul, interrogé par l'AFP au lendemain de la condamnation. Le magistrat avait requis trois ans de prison dont deux avec sursis. Le parquet avait aussi demandé un placement sous mandat de dépôt mais il n'a pas été suivi par le tribunal sur ce point. 


"On avait regardé les attentats de Paris sur BFMTV, on a voulu faire quelque chose" 




a déclaré un des prévenus selon le quotidien La Presse de la Manche.


Ils s'en prennent au kebab faute de Mosquée à Avranches

Les faits se sont produits dans la nuit du 19 au 20 novembre à Avranches, une commune de la Manche d'environ 7.900 habitants proche du Mont Saint-Michel. Les prévenus âgés de 22 et 23 ans, l'un carrosseur et l'autre conducteur d'engins, tous deux insérés socialement selon le parquet, ont expliqué durant l'enquête s'en être pris au kebab faute de mosquée à Avranches. "J'ai souligné qu'ils se faisaient les complices des terroristes qui cherchent à fractionner la société" par la multiplication d'actes racistes, a ajouté le procureur. L'un des prévenus avait un casier vierge, l'autre une condamnation pour blessure involontaire après avoir conduit en état d'ébriété.


Deux jeunes hommes proches de l'extrême droite

Les deux jeunes hommes, proches de l'extrême droite, ont aussi affirmé qu'ils avaient bu au moment de leur acte, selon le parquet. Mais ce n'est pas vérifiable car ils ont été interpellés plusieurs jours après les faits. Surtout "ils avaient caché les plaques d'immatriculation de leur véhicule. Ce n'était pas un coup de tête", a souligné M. Gaudeul. Ils ont aussi été condamnés à deux ans de privation de leurs droits civiques, civils et familiaux.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le maire de Bourg-Achard décrit les dégâts

Les + Lus