Une centaine de musulmans de Cherbourg défilent en hommage à Samuel Paty

Un hommage sous forme de marche blanche  a été rendu à Samuel Paty à l'initiative de la mosquée de Cherbourg-Octeville. Une centaine de personnes ont ainsi défilé  avec comme mot d'ordre : " Quand notre république est touchée, nous sommes touchés!". 

" Nous voulons dire à notre professeur à nous tous, Samuel Paty, assassiné au nom de notre religion, que jamais nous ne cautionnerons aucune attaque à l'égard des symboles de la République perpétuée par des fanatiques islamistes" ; Mohammed Ait Hammou, trésorier de la mosquée de Cherbourg-Octeville.
" Nous voulons dire à notre professeur à nous tous, Samuel Paty, assassiné au nom de notre religion, que jamais nous ne cautionnerons aucune attaque à l'égard des symboles de la République perpétuée par des fanatiques islamistes" ; Mohammed Ait Hammou, trésorier de la mosquée de Cherbourg-Octeville. © K.Singh
A l'hommage national rendu mercredi à Samuel Paty, la mosquée de Cherbourg-Octeville (50) a tenu à ajouter une marche blanche dans la ville. "Il faut que les Français de confession musulmane montrent leur condamnation ferme et sans équivoque, a réagi ce vendredi matin  sur France Bleu Cotentin Hicham Sahmoune, porte-parole de la mosquée de Cherbourg et organisateur de cette marche blanche. Il faut qu'on montre que nous aussi nous sommes attaqués, pas en tant que musulmans mais en tant que républicains. Ces terroristes doivent comprendre qu'ils sont seuls et qu'on fait bloc". 
 
Un message relayé sur les réseaux sociaux par certains élus, comme l'adjointe au maire de Cherbourg-en-Cotentin : "parce que l'Islam n'a rien à voir avec le terrorisme ! " écrit Lydie Le Poittevin.

 

Dans l'après-midi, le prêche du vendredi à la mosquée de Cherbourg-Octeville où viennent habituellement près de 300 musulmanes et musulmans hors période Covid était consacré à l'hommage à Samuel Paty et au rappel de valeurs fondamentales. Nos deux conseurs journalistes ont été autorisées à y assister. 

N'importe où en France, on peut prier, ce pays est rempli de respect .Nous sommes des citoyens dans ce pays. Ce qu'il s'est passé avec ce professeur, ce n'est pas l'islam, tuer ce n'est pas l'islam.

Extraits du prêche du vendredi 23 octobre, mosquée de Cherbourg-Octeville

 
L'imam a autorisé  nos deux consoeurs journalistes à assister au prêche de ce vendredi.  " N'importe où en France on peut prier, ce pays est rempli de respect".
L'imam a autorisé nos deux consoeurs journalistes à assister au prêche de ce vendredi. " N'importe où en France on peut prier, ce pays est rempli de respect". © K.Singh

L'imam s'est adressé à toutes les générations, aux parents pour qu'il transmettre ces messages de tolérance et aux plus jeunes pour  expliquer  le droit au blasphème. " Il faut les aider à comprendre et aussi à réagir avec respect, même s'ils sont choqués". 
Une centaine de personnes mulsumanes  était réunie dans le centre-ville de Cherbourg, arborant banderoles de soutien et drapeaux tricolores.
Une centaine de personnes mulsumanes était réunie dans le centre-ville de Cherbourg, arborant banderoles de soutien et drapeaux tricolores. © K.Singh
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat faits divers terrorisme religion société