Naval Group décroche une nouvelle commande de sous-marins à l'Indonésie : les élus du Cotentin s'en félicitent

L'entreprise française a officialisé ce mardi 2 avril la vente de deux sous-marins Scorpene à l'Indonésie. Les premiers modèles avaient vu le jour à Cherbourg. Une fierté pour les élus du Cotentin. Même si ces deux nouveaux spécimens seront assemblés de l'autre côté du globe.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Voilà déjà quelque temps que ce nouveau contrat était dans les tuyaux. En août 2021, la France et l'Indonésie avaient conclu un accord de coopération de défense, dont une des premières concrétisations était l'achat par Jakarata de 42 rafales.

Deux sous-marins pour l'Indonésie

L'archipel (de 17 000 îles) poursuit ses emplettes auprès des industriels français : 13 radars militaires pour la surveillance de l'espace aérien l'an dernier et désormais deux sous-marins Scorpene pour sa défense maritime.

Si le montant du contrat officialisé par Naval Group ce mardi 2 avril n'a pas été communiqué, on connaît en revanche les caractéristiques des deux engins qui équiperont prochainement la marine indonésienne.

Pouvant plonger à plus de 300 mètres, les Scorpène Evolved  seront à propulsion conventionnelle diesel-électrique et équipés de batteries lithium-ion.

Naissance dans le Cotentin

Celles-ci permettent une autonomie en plongée de plus de 12 jours et peuvent rapidement se recharger à l'immersion périscopique grâce à un schnorchel, un tube perçant la surface permettant de faire fonctionner le moteur diesel. D'une longueur de 72 mètres, les deux sous-marins embarqueront un équipage de 31 marins et 18 torpilles et missiles.

Le Scorpène a été déjà été vendu à 14 exemplaires au Brésil (quatre sous-marins, dont un mis à l'eau la semaine dernière en présence du chef de l'État français), au Chili (deux), à la Malaisie (deux) et à l'Inde (six). Les premiers modèles ont vu le jour à Cherbourg. L'officialisation de ce nouveau contrat a suscité l'enthousiasme des élus du Cotentin, de part et d'autre de l'échiquier politique.

Cependant, les retombées pour le territoire normand devraient être relativement limitées. À l'instar des sous-marins vendus au Brésil, les Scorpenes indonésiens seront assemblés à l'autre bout du globe.

"Le contrat comprend la livraison de deux sous-marins Scorpène® Evolved Full LiB qui seront construits en Indonésie au sein du chantier naval PT PAL, grâce à un transfert de savoir-faire et de technologie de Naval Group, en réutilisant 100% des atouts de PT PAL", indique Naval Group dans un communiqué diffusé ce mardi 2 avril. Selon le groupe français, la valeur du contrat revenant à son partenaire indonésien s'élève à 30% du total.

Une année 2024 qui débute bien

Ce contrat confirme un début d'année prometteur pour Naval Group qui a remporté mi-mars l'appel d'offres des Pays-Bas pour la construction de quatre sous-marins de classe Barracuda, des sous-marins dont l'entreprise française assurera elle-même l'assemblage, possiblement sur son site cherbourgeois. Le contrat, qui reste à conclure, sera d'un montant inférieur à 5,6 milliards d'euros, selon le secrétaire d'État néerlandais à la Défense, Christophe van der Maat.

Naval Group a enregistré un chiffre d'affaires de 4,3 milliards d'euros l'an passé et engrangé pour près de 3,4 milliards d'euros de prises de commandes.