Un lot de vaccins Pfizer attribué à une petite commune de la Manche "pour répondre au malheur des gens"

Publié le Mis à jour le

La campagne de vaccination a débuté le lundi 15 mars dans la salle des fêtes de Réville. Dans cette commune du Cotentin, beaucoup de personnes âgées qui ne peuvent pas se déplacer avaient renoncé à se faire vacciner. "Leur désarroi était grand" : le maire a obtenu une dotation spéciale de vaccins.

La salle des fêtes est certes transformée en centre de vaccination, mais la municipalité a soigné la décoration en accrochant des photographies de paysage au mur. Elle a aussi fait livrer des plantes. "Pour égayer l'endroit", explique le maire avec un enthousiasme communicatif. Yves Asseline n'est pas peu fier des aménagements réalisés dans cette grande salle qui d'ordinaire est dédiée aux mariages et aux réunions de famille. Un box pour le médecin, deux autres pour les infirmières. Un accueil à l'entrée pour recevoir les futurs vaccinés, et une table à la sortie pour délivrer les certificats de vaccination.

Dans la cuisine, le frigo renferme normalement le champagne et le cidre des vins d'honeur. Aujourd'hui, il conserve bien au frais un tout autre trésor : des vaccins Pfizer que le pharmacien de Saint-Vaast-la-Hougue a récupérés à l'hôpital de Cherbourg. Ces fameux vaccins qui semblaient inaccessibles... À Réville, sur les 165 habitants âgés de plus de 75 ans, ils n'étaient pas plus d'une quinzaine à s'être déjà fait vacciner tant il est difficile d'obtenir un rendez-vous.

J'ai appelé six fois la même matinée pour ne pas avoir de réponse. L'après-midi, j'ai recommencé. J'ai eu un monsieur. Il s'appelait Philippe ce monsieur-là. Il m'a dit : prendez patience madame, vous ne serez pas vaccinée avant le mois d'avril. J'ai recommencé de temps en temps. J'ai n'ai jamais eu de rendez-vous. J'ai aussi fait le numéro 0 800. Là quelqu'un m'a dit qu'il n'y avait pas assez de vaccins.

Madeleine, une habitante de Réville

 

"On a la chance d'avoir beaucoup de personnes âgées qui vivent encore à leur domicile, mais parfois elles ne sont plus suffisamment autonome pour prendre elle-même des rendez-vous ou parce qu'il n'y a pas d'internet. Et surtout il n'y a pas de rendez-vous. Beaucoup sont venues nous voir pour nous demander comment faire", explique Yves Asseline. Alors, le maire a sondé les infirmières, les médecins et le pharmacien du secteur afin de trouver une solution.

Il a décroché son téléphone pour contacter les autorités de santé, la préfecture, l'hôpital de Cherbourg. Il a remué ciel et terre. "Je leur ai décrit le désarroi, le malheur des gens qui ne peuvent pas aller vers les centres de vaccination, soit parce qu'il n'y a pas de place, soit parce qu'ils ne peuvent pas aller vers les centres de vaccination." Les arguments ont manifestement porté. 360 doses du vaccin Pfizer sont attribuées au centre de vaccination municipal pour les habitants de Réville et des communes alentours âgés de plus de 75 ans.

Madeleine a immédiatement décroché un rendez-vous. Elle est même la première à se faire vacciner ce lundi 15 mars. "Merci Fanfan", glisse-t-elle à l'infirmière lors de l'injection. Françoise, que chacun appelle par son surnom, retrouve dans le box ses patients habituels, ceux qu'elle visite tout au long de l'année. "Je vous en prie Madeleine, ça me fait plaisir". L'échange de regards qui suit se passe de mots.

Madeleine est soulagée : "je vais pouvoir voir mes enfants sans avoir peur. On est quand même privés de visites. On en peut plus voir tout le monde. Et puis on a peur d'attraper la maladie". Fanfan fait pression à l'endroit de la piqûre à l'aide d'un morceau de coton. Madeleine lui redit sa gratitude. "Je suis contente. C'est une sécurité. Merci Fanfan."

Derrière Madeleine, tout une génération va défiler dans cette vaste pièce. Les deux premières semaines affichent complet. Il reste encore des places la dernière semaine. Au début du printemps, toutes les personnes âgées de plus de 75 ans auront reçu une première injection pour peu qu'elles en aient fait la demande. C'est tellement facile : tout le monde connaît le chemin qui mène à la salle des fêtes.