La côte est du Cotentin se prépare à la montée des eaux

© Capture d’écran Climatecentral.org
© Capture d’écran Climatecentral.org

L'homme va devoir reculer face  à la mer. C'est l'une des propositions concrètes présentées ce vendredi aux élus, après une vaste consultation de la population de l'est du Cotentin. Face aux dangers du réchauffement climatique et à la montée des eaux, du concret est maintenant attendu.

Par DF avec SR

Plusieurs dizaines de milliers de Normands sont menacés par la montée des eaux d'ici 2100. Le spécialiste caennais du littoral, Stéphane Costa, réaffirmait en novembre l'ampleur de la montée des océans, dont la conséquence inéluctable sera le repli de la population, notamment le long de la Manche.
 

Des effets visibles sur cette carte interactive proposée par Climate Central. Depuis 2015, cet institut de recherches américain propose différents scénarios plus ou moins optimistes, où chacun peut voir les conséquences près de chez lui, de cette montée des eaux annoncée.

De Réville dans la Manche à Grandcamp-Maisy dans le Calvados, avec notamment Carentan, ou encore près de Dives-sur-Mer, ou sur les boucles de la Seine, du Havre jusqu'à Rouen, la Normandie ne semble pas du tout à l'abri. 

Cliquez sur le symbole carré à gauche du moteur de recherche, pour pouvoir agrandir la carte, zoomer et dézoomer avec facilité.
 

Certains ont déjà vu le danger approcher, "passer par-dessus la digue par temps de grandes tempêtes", comme à Ravenoville. Une digue censée protéger la petite commune de la Manche et ses 254 habitants.

L'élévation du niveau de la mer est ici déjà une réalité.

Face à la nature et encore plus à la mer, il faut rester humble. La nature est ultra puissante. Donc on ne pourra pas lutter. Se protéger contre la mer est utopique.
Pierre Aubril, vice-président de la communauté de communes de la baie du Cotentin


Une centaine d'habitants de l'Est du cotentin ont donc, pendant 2 ans, réfléchi aux solutions à apporter à ce phénomène.
Parmi les scénarios avancés, le renforcement des digues près des zones urbanisées... Et le retrait, pur et simple, là où l'activité humaine est moins importante.

Certaines activités, certaines habitations, il faudra les délocaliser dans des endroits beaucoup plus hauts.
Pierre Aubril, vice-président de la communauté de communes de la baie du Cotentin

 

19.000 hectares sous le niveau de la mer

Sur la côte est de la Manche, 19 000 hectares se situent déjà sous le niveau de la mer.
7200 personnes et près de 1000 entreprises sont considérées comme menacées. Avec 2 secteurs clefs : St-Vaast et Carentan.

De l'eau potable est prélevée dans les marais. Si on a salinisation de cette eau, on va avoir des problèmes d'eau potable. Cela concerne les habitants mais aussi l'industrie agro-alimentaire.
Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais


Les élus ont maintenant les cartes en main.
Ils devront faire des choix difficiles. Statuer par exemple sur l'avenir du musée Utah Beach, dont la relocalisation à terme n'est plus une fiction.

 

A lire aussi

Les + Lus