Quelle coopération avec les îles anglo-normandes ?

A moins de trente jours de l'échéance du 31 octobre du Brexit souhaité coûte que coûte par le Premier Ministre Boris Johnson, le 5ème sommet annuel des îles anglo-normandes a fait le point ce vendredi 4 octobre à Cherbourg-en-Cotentin sur des sujets communs, en premier lieu, la pêche. 

C'est un sommet qui permet d'aborder les sujets d'actualité les plus stratégiques pour les relations entre les îles anglo-normandes, la Manche et plus généralement la Normandie. 

Le sommet annuel des îles anglo-normandes avec la Manche et la Normandie s'est tenu ce vendredi 4 octobre à la Cité de la Mer à Cherbourg-en-Cotentin. 

A l'ordre du jour bien sûr, le Brexit, qui ne sera pas sans conséquences sur la vie quotidienne des îles, surtout en cas de Brexit dur. 

Quels accords de pêche après le Brexit ?

 
Le Ministre des affaires étrangères de Jersey, Ian Gorst (au centre), entouré de Jean-Marc Julienne, Président de la Maison de la Normandie et de La Manche à Jersey, et Mayeul de Drouâs, chargé de mission mer et littoral à la Préfecture de Région.
Le Ministre des affaires étrangères de Jersey, Ian Gorst (au centre), entouré de Jean-Marc Julienne, Président de la Maison de la Normandie et de La Manche à Jersey, et Mayeul de Drouâs, chargé de mission mer et littoral à la Préfecture de Région. © D.Daguier-CD50
 

Et pour la débarque ? 

A ce jour, 80 % de la pêche jersiaise est débarquée à Granville et 70 % de la pêche de Guernesey est débarquée à Dielette ou Cherbourg. La crainte est de ne plus pouvoir débarquer des produits de la pêche transformés, l’augmentation des taxes et pour le baillage de Guernesey, ne plus pouvoir débarquer à Dielette.

En cas de Brexit, la Région Normandie souhaite que les Ports de Granville, Cherbourg et Barneville Carteret restent des ports de débarque pour les produits des Îles Anglo-Normandes.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
brexit international région normandie pêche économie