Les îles Chausey, prises d'assaut par les touristes pour fuir la canicule

Cet été, 2.000 personnes débarquent chaque jour sur Chausey, au large de Granville. Une affluence inédite qui perturbe un peu la tranquillité de la Grand-Île. Les visiteurs viennent profiter d'un peu de fraîcheur, alors que les îles Anglo-Normandes sont interdites aux Français.

L'archipel des iles Chausey est devenu un lieu d'excursion très prisé
L'archipel des iles Chausey est devenu un lieu d'excursion très prisé © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
Le 2 juin dernier, ils se disaient "prêts pour la réouverture. On a hâte de vous retrouver... ENFIN". Les propriétaires de l'Hotel du fort et des Iles à Chausey n'imaginaient sans doute pas ce qui les attendaient...
Et pourtant, c'est la même famille qui gère le lieu depuis plus de 100 ans. "On a beaucoup de mal. Il n'y a que deux établissements sur l'île, donc nous on est des petites structures. Notre personnel est logé sur place donc on ne peut pas avoir beaucoup de monde en renfort", reconnaît Laurence Regale, entre deux services. 

Finalement, elle doit s'y résoudre. L'annonce pour un serveur ou une serveuse a été passée ce lundi sur les réseaux sociaux, pour un poste jusqu'à fin septembre ! "Dès que possible !" Nourri et logé. 
 
Cette affluence arrive essentiellement par les bateaux Jolies France, à raison de 4 navettes par jour.
Pour leur directeur, Pascal Blanchet, ce phénomène est directement lié à l'interdiction pour les Français d'acoster dans les îles Anglo-Normandes en raison de l'épidémie du Covid-19. "Tous les gens qui ont des bateaux de plaisance, qui sont en vacances ou en week-end, et veulent faire des sorties en mer depuis Granville, Saint-Malo, Carteret, depuis toute la côte maritime de chez nous, il n'y a qu'un seul endroit où ils peuvent aller aujourd'hui, c'est l'archipel de Chausey."
 
La canicule motive aussi beaucoup de touristes en chercher des endroits aérés, plus frais. Ce mardi, il faisait ainsi 31° à Granville contre 21° sur l'ile, pourtant à seulement 15,8 km de là. 10 degrés d'écart en pleine canicule, l'argument a de quoi convaincre.
 

J'ai aimé cette île pour sa beauté brute et son aspect sauvage. Comme si ici la nature était reine comme elle devrait l'être partout ailleurs.

Léa Guillotte, photographe



Même les Normands se laissent séduire comme Léa, photographe normande.
Elle vient de laisser ce joli texte acompagné de ses clichés, pris lors d'une escapade : "J'ai aimé cette île pour sa beauté brute et son aspect sauvage. Comme si ici la nature était reine comme elle devrait l'être partout ailleurs. C'est l'excitation du bateau, la sensation des rouleaux sous la coque et les gouttes d'eau qui volent au vent. C'est l'émerveillement quand on voit les terres de Chausey au loin et qu'on pose un premier pied à terre. Les couleurs, les fleurs, les pierres des maisons, les oiseaux. Un ballet magique qui s'étend sous nos yeux et dont on veut tout découvrir. Avec la hâte d'un enfant qui vient de déterrer un nouveau trésor. C'est l'esprit d'aventure qui se révèle quand on s'égare dans les fougères. C'est le calme lorsque qu'on se pose sur un rocher face à la mer et les yeux émus quand on voit des dauphins nager au loin. Ce sont les souvenirs d'une enfance pleine de tendresse qui reviennent quand on touche les chatons du bout des doigts. C'est la paix qui vous remplit le corps au coucher du soleil. Chausey, c'est tout ça, et bien plus encore."
 
Seul hic, pour les iliens, la bascule est parfois un peu violente, surtout après le confinement. Maurice, ancien pêcheur et habitant depuis toujours de Chausey, regrette un peu sa tranquillité : "Où c'est qu'on avait 300 personnes, maintenant c'est 2.000... Donc ça fait un peu trop pour une petite île."

La population à l'année de Chausey est estimé à une trentaine de personnes.

 
Marée haute et marée basse
L'archipel de Chausey est morcelé en une vingtaine d'îles et un peu plus de 130 îlots.
L'île principale, la Grande-Île, qui est certainement celle qui a donné son nom à tout l'archipel, fait environ 1,5 km sur 0,5 km pour ses dimensions les plus larges (environ 45 hectares).
De quelques dizaines d'hectares de terres émergées à marée haute, l'archipel passe à environ 2 000 hectares d'estran à marée basse dans un rectangle d'environ 6,5 km de largeur et 12 km de hauteur.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie canicule météo coronavirus - confinement : envie d'évasion santé société