Surf et sécurité : l'affluence de surfeurs complique les baignades à Siouville

Le surf semble victime de son succès dans la Manche. En ce moment, il faut faire souvent la queue pour pouvoir louer une planche ou prendre un cours sur le spot normand bien connu des habitués. Et dans l'eau, les règles ne sont malheureusement pas toujours bien respectées.

Dans l'eau, il y a des règles à respecter pour la sécurité de tous
Dans l'eau, il y a des règles à respecter pour la sécurité de tous © Marie Saint-jours
C'est une photo qui interpelle. Une longue file d'attente de surfeurs, planche à la main, devant le Cotentin Surf Club. On se croirait au ski devant un télésiège.

Et ce message désolé : "Nous sommes parfois obligés de limiter le temps de location afin de gérer au mieux le stock de planche et ainsi pouvoir répondre à toutes les demandes. Nous devons même, dans les créneaux les plus intenses, stopper la location momentanément sous peine de ne plus avoir de matériel suffisant pour nos cours."

C'est comme ça presque tous les jours depuis le début de l'été à Siouville. Avec une quinzaine de cours par jour et 6 moniteurs, le rythme est soutenu
 

Avant 150 personnes c'était exceptionnel, maintenant c'est la norme. Nous ne pouvions pas imaginer que cet été 2020 serait aussi intense.

Guillaume Lamoureux, chef de base du Cotentin Surf Club



Un embouteillage inédit avec beaucoup de Normands, comme Nathalie, cette mère de famille caennaise venue avec sa jeune fille Julie. "Je surfe déjà mais j'espère bien performer un peu plus et prendre de meilleurs vagues. Ma fille, elle, vient apprendre. D'habitude on surfe plutôt sur l'Atlantique, mais là ce n'est pas loin de chez nous. Et en Normandie, à part Siouville, il n'y a pas d'autres spots donc c'est ici qu'il faut venir surfer. C'est super bien, mais il faut pas trop le dire car après il y aura trop de monde (rire)."
 

L'envie de se défouler. Ca aide à décompresser, à évacuer sur les vagues.

Jean, surfeur parisien



Le secret est clairement déjà connu des amateurs de glisse. Jean, Parisien, profite de vacances en famille pour enfiler la combinaison après un confinement très long. "L'envie de se défouler. Ca aide à décompresser, à évacuer sur les vagues."

 
Voir cette publication sur Instagram

#Siouville dans le #cotentinunique Le paradis du #Surf #MadeInNormandie #normandietourisme #latitudemanche #ceteteennormandie

Une publication partagée par Destination Normandie (@gregory_delahaye_pro) le

 

Des règles à respecter dans l'eau

C'est la deuxième partie du message du club de la Manche. Attention ! "Nous voyons chaque jour des comportements irresponsables voir dangereux à l’eau. Refus des priorités, pratique dangereuse, surf dans la zone de bain, freesurf , planche, kite et même foil dans la zone des cours des moniteurs. La convivialité entre surfeurs et tous les autres usagers de la mer, baigneurs, pêcheur doit être de mise… Si vous ne connaissez pas les règles d’utilisation de la plage, de priorité ou de convivialité, s’il vous plaît renseignez-vous. La plage devrait rester un lieu de loisir, de plaisir et de liberté."

Des mots qui ont fait réagir sur les réseaux sociaux. "Vos zones sont immenses" se plaint Océane. "La plage est à tout le monde, donc chacun a le droit de naviguer où il veut", soutient Laëtitia. 
 

Sous sommes la plupart du temps avec des débutants qui ne maîtrisent pas forcément leur surf et ne sont pas tous habitués à évoluer en mer. Nous voulons simplement travailler en sécurité et éviter les accidents.

Gabriel Brot, professeur de surf à Siouville



Il existe bien des accord avec la mairie de Siouville, se défend l'association,  "pour pouvoir placer des zones réservés aux cours afin de travailler en toute sécurité pour les élèves et les baigneurs/autres pratiquants. Car nous sommes la plupart du temps avec des débutants qui ne maîtrisent pas forcément leur surf et ne sont pas tous habitués à évoluer en mer. Nous voulons simplement travailler en sécurité et éviter les accidents."
 

via GIPHY


 

1 surfeur par vague et celui debout est prioritaire

Loris Delande, professeur de surf à Siouville



Quant aux règles de base sur la sécurité, c'est Loris, professeur de surf, qui les résume : "On essaye de faire attention de pas foncer dans les gens, c'est-à-dire que si il y a quelqu'un devant on ne part pas. Si il y a un baigneur c'est pareil, même si il n'est pas dans la zone de baignade ;  Ce n'est pas pour autant qu'on a le droit de lui rentrer dedans. Donc on fait attention à ça. Après y'a beaucoup de règles de priorité qui sont un peu plus techniques mais globalement c'est ça, 1 surfeur par vague et celui debout est prioritaire". 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
surf sport sports nautiques insolite coronavirus : envie d'évasion santé société