Législatives 2024. "Vous ne rendez pas hommage aux habitants du territoire en disant ça", débat animé sur la 3e circonscription de la Manche

Pouvoir d'achat, santé, sécurité, écologie étaient au programme du débat d'entre deux tours pour les candidats de la 3e circonscription de la Manche, celle de Coutances-Valognes. Pierre Giry (LR/RN) et Stéphane Travert (Ensemble, majorité présidentielle) ont débattu sur le plateau de France 3.

Dans la 3e circonscription de la Manche, celle de Coutances-Valognes, seulement 493 voix ont séparé Pierre Giry (LR/RN) et Stéphane Travert (Ensemble, majorité présidentielle) lors du premier tour des élections législatives anticipées. Alors que la candidate communiste Gaëlle Verove s'est retirée pour faire barrage à l'extrême droite, les deux hommes encore en lice ont défendu leurs idées sur notre plateau.

Passe d'armes sur la sécurité

"Vous laissez votre canne à pêche dans votre jardin la nuit, elle n'est plus là le lendemain matin".

Interrogé sur la sécurité, un thème cher aux racines des partis l'ayant investi, Pierre Giry a insisté sur la volonté du RN de "rétablir l'état de droit". Afin que "toutes les décisions de justice soient exécutées", il est nécessaire pour lui de "construire de nouvelles prisons". Quant à l'insécurité sur sa circonscription, elle se manifeste selon lui par davantage de cambriolages, ce que les chiffres de la Préfecture tendent à confirmer. "Vous laissez votre canne à pêche dans le jardin, une nuit, le lendemain elle n'est plus là. Il y a des vols dans les déchetteries tous les 15 jours", a-t-il dénoncé.

Pour son adversaire de la majorité présidentielle Stéphane Travert, le sentiment d'insécurité "peut être lié à ce que les gens voient à la télévision, en boucle sur les chaînes d'information en continu. Ils ne veulent pas que cela se reproduise dans leur territoire".

L'ancien ministre a mis en avant le bilan gouvernemental avec notamment "le recrutement de 10 000 policiers et gendarmes depuis 7 ans", et "la création de deux brigades de police dans la Manche, à Tollevast et au Mont-Saint-Michel", ajoutant que "les habitants du territoire y vivent plutôt bien et paisiblement".

Pierre Giry explique ensuite qu'il faut que les forces de l'ordre "se concentrent davantage sur les voyous plutôt que sur la petite délinquance du quotidien", pour "éviter que la Manche devienne la Seine-Saint-Denis". Ce à quoi Stéphane Travert rétorque "Vous ne rendez pas hommage aux habitants et aux élus de ce territoire en disant ça". 

Pouvoir d'achat, déserts médicaux et écologie

Les deux candidats en lice au second tour ont aussi avancé leurs pions concernant les thèmes importants du moment. Pour Stéphane Travert, "le travail doit mieux payer", rappelant au passage que le secteur présentait un très faible taux de chômage : "4,5%, c'est une chance unique". 

Pierre Giry et le RN veulent baisser la TVA sur l'énergie : "On baissera la facture des transports et de l'énergie. On le finance par la baisse des dépenses publiques (qui représente en France 58% du PIB alors que la moyenne européenne est de 49%. L'Etat est trop généreux". 

Pour lutter contre la désertification médicale, le candidat de l'alliance LR/RN entend obliger les jeunes diplômés à s'installer un ou deux ans dans une zone sinistrée, tandis que le député sortant mise sur les résultats de "l'arrêt du numerus clausus en fac de médecine qui donnera ses premiers résultats en 2027", et sur la hausse de "l'attractivité des territoires", notamment sur des dispositifs de facilitation à l'installation.

Les deux adversaires s'accordent sur l'importance de la filière nucléaire, mais sont en désaccord profond sur le cas des énergies renouvelables. Le représentant de l'extrême droite s'affiche contre les éoliennes terrestres tandis que le macroniste défend le mix énergétique et l'éolien et l'hydrolien en mer.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité