"Le médecin de famille est en voie de disparition " : à Valognes, deux médecins nouvellement à la retraite s'inquiètent

A Valognes, dans la Manche, le départ à la retraite de deux médecins généralistes suscite l'inquiétude de la population. Il ne reste plus que trois médecins sur la commune pour 6700 habitants. 

A Valognes, deux médecins, nouveaux retraités, s'inquiètent pour l'avenir et leurs patients
A Valognes, deux médecins, nouveaux retraités, s'inquiètent pour l'avenir et leurs patients © BELPRESS/MAXPPP
Depuis le 1er janvier 2020, les docteurs David Lucas, 63 ans, et Jean Beaufils, 66 ans, sont désormais médecins à la retraite. La maison de soins de Gisors ferme après 50 années d'existence. Faute de successeurs les Dr Beaufils et David n'ont pas eu le choix. Ils laissent derrière eux 4500 patients.
A Valognes, deux généralistes partent à la retraite, à regrets
A Valognes, deux généralistes partent à la retraite, à regrets
 

Plus le temps passait, plus on avait de patients...

"Quand j'ai commencé à travailler en 1989" explique David Lucas, "les médecins qui arrivaient pas très loin de la retraite baissaient tout doucement en patientèle . C'était un mode de transition idéal. Je pensais le faire comme çà et c'est l'inverse qui s'est passé, plus ça allait plus on avait de patients. On tournait à 50 patients par jours à la fin... ". Quand il a démarré dans ce cabinet médical, ils étaient cinq médecins. Ils étaient huit dans la commune.

Si les deux praticiens trouvaient facilement des remplaçants, c'est le stade de l'installation qui semble poser problème aux jeunes médecins.
"Les conjoints ne trouvent pas forcément de travail à côté" indique Jean Beaufils," et les jeunes médecins ont tendance à vouloir s'installer près de leur ville universitaire. Là, on est à une heure de Caen et beaucoup de remplaçants préfèrent s'installer à 1/4 d'heure de Caen." 

"Pourtant nos remplaçants adorent venir ici", ajoute David Lucas "il y a une bonne ambiance, la patientèle est sympatique, pas compliquée comme dans les grandes villes. Nos remplaçants se plaisent mais l'installation est difficile."
 

"Le médecin de famille est en voie de disparition à mon avis"

"Dans la maison de soins, est-ce qu'il ne faudrait pas des mi-temps ?" s'interroge David Lucas, "moi je vois l'avenir comme çà, dans un pôle de santé confortable où ils travailleront en groupe. Le travail va changer un petit peu. Il faudra travailler en commun. Ce sera plus technique. Le médecin de famille est en voie de disparition à mon avis comme on l'a vécu nous.

"Ce qui m'embête", ajoute Jean Beaufils, "c'est surtout le fait que les gens aient du mal à trouver un médecin, notamment les personnes âgées pour les visites que nous faisions encore. Les jeunes médecins ne veulent plus en faire." 

L'année 2020 s'annonce difficile pour les patients à Valognes. Deux ou trois médecins seraient intéressés pour rejoindre le futur pôle de santé mais il ne sera achevé au mieux que d'ici un an.   
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter