Quinéville: le musée relooké avec une collection privée

L'attelage allemand du nouveau musée de Quinéville.
L'attelage allemand du nouveau musée de Quinéville.

Sur la côte est du Cotentin, à dix minutes de Sainte-Mère-Eglise, le " Mémorial de la liberté retrouvée", musée situé à Quinéville, avait fermé ses portes à la fin de la saison dernière. De nouveaux propriétaires l'ont repris. Il s'appelle maintenant World War 2 Museum. 

Par Stéphanie Potay

Depuis plus de 40 ans, Jean-François Herry est collectionneur de matériel de la seconde guerre mondiale. Son père, qui était âgé de douze ans lors du Débarquement, avait déjà commencé une collection. Aujourd'hui, c'est avec son fils que Jean-François Herry continue l'aventure. Ils viennent de s'offrir une vitrine: l'ancien musée de Quinéville qui avait fermé ses portes à la fin de la saison dernière. 

Dans cette collection, on remarque un attelage allemand comme il y en avait des centaines pendant l'occupation et de nombreuses figurines, la seconde guerre au 1/6. La rue commerçante sous l'Occupation, marque de fabrique de l'ancien musée, a été conservée.

Le nouveau musée de' Quineville



Un peu d'histoire 

Quinéville faisait partie des objectifs US du Débarquement du 6 Juin.  Quinéville est situé à l'extrêmité droite des opérations américaines d'Overlord. L’organisation Todt  y avait  implanté un ensemble de fortifications représentatif de ce qu’était le mur de l’Atlantique : deux points d’appui sur la plage de chaque côté de la rivière Sinope, un mur antichar surmonté de tourelles de char français Somua et Renault, le poste de commandement de toute les batteries d’artillerie de la côte est du Cotentin dans un fort, le bunker de commandement de l’artillerie sur les hauteurs, deux casemates pour canon en arrière de la ville basse battant l’accès au secteur et une batterie de 4 canons de 105 mm sous casemates bétonnées dans l’arrière pays.

Quineville était un point stratégique du mur de l'Atlantique. / © musée de quineville
Quineville était un point stratégique du mur de l'Atlantique. / © musée de quineville

 

L'organisation Todt

L'organisation Todt, à l'origine du Mur de l'Atlantique

L’organisation Todt, du nom de l’ingénieur et politicien allemand qui en était responsable, Fritz Todt, fondée en tant que telle en 1938, est à l’origine du Mur de l’Atlantique. Il s’agit d’un organisme du génie civil œuvrant au service du Troisième Reich nazi dans l’ensemble des territoires occupés pendant la Seconde Guerre mondiale.
A la suite de la tentative infructueuse d’envahir l’Angleterre en 1941 (opération Seelöwe), Hitler décide de fortifier les côtes du nord-ouest de l’Europe, de la Norvège au Pays Basque espagnol et en Méditerranée à partir de 1942 : des centaines de casemates et béton armé sont construites par l’OT, accompagnées de champs de mines, de milliers de kilomètres de barbelés, de nids de mitrailleuses et de lance-flammes, de défenses de plages, de fossés antichars… Des batteries côtières, armées de canons lourds, sont construites à des endroits clés des côtes, protégeant les ports ou les estuaires. (...)
L’OT ne se limite pas simplement à la construction du Mur de l’Atlantique : elle est également concernée par l’élaboration de plateformes de lancement pour les missiles V1 et V2, d’installations anti-aériennes, de raffineries et d’usines d’armement souterraines
Extrait du site Dday Overlord

A lire aussi

Sur le même sujet

Des haies utiles à la faune et aux chasseurs

Près de chez vous

Les + Lus