Cet article date de plus de 6 ans

3 150 couples aux "Poneys sous les pommiers" : Tout comme les grands

Ils ont été encore plus nombreux encore. Les organisateurs ont dû refuser des inscriptions dans certaines des 5 épreuves. Le tout dans une ambiance de folie, et une météo plutôt clémente. "Poneys sous les Pommiers" fut un succès. Revue de détails, photos à l'appui.
3 000 étaient attendus. Les comptes se sont arrêtés exactement à 3 150 couples cavalier(e)s-chevaux. Axel Carpentier, à la tête de cet événement est sans doute un peu fatigué mais heureux. "Ce fut un vrai succès. Par le nombre d'engagés bien sûr. Le parking s'est même retrouvé saturé. Mais pas seulement. La qualité du rendez-vous a été remarquable autant que remarquée. La meilleure preuve, ce sont les compliments que nous avons accueilli avec bonheur à l'issue de la manifestation ; c'est rare et précieux."


Il est vrai que trois jours durant (1er, 2 et 3 mai) les épreuves se sont succédées. " le fait d'avoir 5 disciplines est une force. CSO, dressage, Hunter, Equifun et Ponygames. Avec une participation équilibrée. En dressage, le nombre des candidats était tellement élevé que nous avons dû arrêter les engagements avant la date prévue."


Et puis côté ambiance, le pari a été tenu. Les épreuves costumées en concours hippique ont contribué au climat de fête. "Les enfants adorent. Ils nous ont tous présenté des déguisements très élaborés. Le gagnant : un costume de pompier avec même un gyrophare sur le dos."

Un barème qui favorise le suspens

L'euphorie du moment partagé lié à l'esprit sportif s'est retrouvé dans les épreuves qui se sont déroulées en soirée.

" Un barème singulier avec un obstacle joker pour renforcer le suspens. L'environnement avait tout d'un concours international. Un terrain de grands. Un pool d'obstacles de grands. Un speaker, un dîner de 300 personnes autour de la piste et plus de 500 spectateurs comme sur les CSIO.... Il n'y avait que les chevaux et cavaliers qui n'étaient pas grands !"


Et parce qu'un bonheur n'arrive jamais seul, la météo, exécrable sur une grande partie de la France durant ce week-end de fête du travail, a préservé la ville de Saint Lô et la Manche, pourtant d'ordinaire réputées pour leur prairies vertes égales à la régularité des précipitations. A part une ou deux ondées, la dépression se situait plus au sud.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cheval équitation animaux photographie