Haras de Saint-Lô: l'Etat s'engage à ne pas vendre à des investisseurs privés

Une délégation d'élus bas-normands a été reçue ce jeudi au ministère de l'agriculture. Stéphane Le Foll a tenu à les rassurer.

Le pôle hippique de Saint-Lô pourrait être mis en vente à la fin de l'année
Le pôle hippique de Saint-Lô pourrait être mis en vente à la fin de l'année
Plusieurs élus bas-normands, dont Laurent Beauvais, président de la Basse-Normandie, Marc Lefèvre, président par intérim du Conseil départemental de la Manche ouGilles Quinquenel, président de l'agglomération saint-loise, ont été reçus ce jeudi en fin de journée au ministère de l'agriculture pour évoquer l'avenir du pôle hippique de Saint-Lô. Engagé dans un grand plan d'économie, l'Institut Français du Cheval et de l'Equitation (IFCE), poussé par l'Etat, envisage de se séparer de plusieurs sites équestres. La possibilité d'une revente du haras saint-lois à des privés avait été évoquée ces dernières semaines.

Stéphane Le Foll a assuré aux élus que l'objectif de l'Etat était de maintenir l'activité des sites qui gardent une vocation hippique et, selon le communiqué de la Région Basse-Normandie, "souligné l’importance économique de la filière équine normande et s’est engagé au maintien de la vocation équine du site". Il a également annoncé que des discussions seraient prochainement engagées avec le Syndicat mixte (en charge de la gestion du site saint-lois), "écartant de ce fait le risque d’une vente à des privés." 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cheval sport équitation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter