La fronde des soignants dans les petits hôpitaux : “on veut que la prime soit la même pour tout le monde ! ”

Des agents de l'hôpital de Lisieux réclament une prime identique pour tous les établissements hospitaliers / © Guillaume Le Gouic / France Télévisions
Des agents de l'hôpital de Lisieux réclament une prime identique pour tous les établissements hospitaliers / © Guillaume Le Gouic / France Télévisions

La prime Covid promise aux soignants sème la zizanie : "à Pont-Audemer, les agents recevront 1500 euros. Nous devront nous contenter de 500 euros à Lisieux. Pourquoi ?" Quelques dizaines d'agents ont manifesté vendredi à Lisieux.  D'autres manifestations sont prévues lundi à Bayeux et à Bernay.

Par Pierre-Marie Puaud

Le rendez-vous avait été fixé à 10h devant l'entrée principale de l'établissement. Depuis quelques jours, la colère monte à mesure que l'épidémie desserre son étreinte. La gratification exceptionelle promise par le gouvernement aurait dû mettre un peu de beaume au coeur au sortir de cette crise sanitaire. Dans certains établissements, elle ne fait que raviver les rancoeurs.

À l'heure dite, quelques dizaines d'agents répondent à l'appel des syndicats de l'hôpital. Sur la banderole de l'intersyndicale, le message est limpide : "1500 euros prime Covid". Les conditions fixées par le gouvernement leur restent en travers de la gorge. Le décret est paru au journal officiel. Une prime de 500 euros sera versée à tous les agents hospitaliers de France. Mais dans les quarante départements les plus exposés à l'épidémie, et dans les établissements les plus sollicités, elle se montera à 1500 euros.
 
Pourquoi 1500 euros au personnel de l'hôpital de Pont-Audermer et 500 euros pour ceux de Lisieux ? / © Guillaume Le Gouic / France Télévisions
Pourquoi 1500 euros au personnel de l'hôpital de Pont-Audermer et 500 euros pour ceux de Lisieux ? / © Guillaume Le Gouic / France Télévisions


La liste des hôpitaux où seront versées des primes majorées a été publiée en annexe. Les CHU de Rouen et de Caen en font partie, comme les hôpitaux d'Alençon, de Louviers, de Gisors, du Havre, d'Alençon, de Pont-Audemer et d'Evreux. Celui de Lisieux n'y figure pas... 
 

La fronde des "petits hôpitaux"


Dans son tract, l'intersyndicale souligne pourtant que l'établissement lexovien a mis sur pied trois unités COVID en médecine, une unité COVID en EHPAD, une unité COVID en pédiatrie et en maternité. Le service de réanimation a vu sa capacité augmenter de 40 %. Le dispositif "Plan Blanc" a mobilisé "environ 1350 agents". 
 

La prime nous ne la refusons pas mais nous exigeons qu'elle soit une juste reconnaissance pour le travail effectué par les personnels hospitaliers pendant la crise sanitaire.

 


À Bayeux, le personnel de l'hôpital est invité à se rassembler lundi à 13h. À Bernay, le syndicat Force Ouvrière a déposé un préavis de grève, et les agents sont appelés à manifester à partir de 11h. Ce mouvement qui s'apparente à une fronde des "petits hôpitaux" intervient alors que doivent s'ouvrir des négociations portant sur la revalorisation des salaires.

"Nous tenons à remercier chaleureusement tous les usagers, les citoyens, les entreprises, les enfants pour leurs applaudissements, leurs nombreux dons, écrit l'intersyndicale de l'hôpital de Lisieux. Cette reconnaissance nous ne l’oublierons jamais. Nous vous demandons qu’elle se poursuive pour ne pas laisser l’Hôpital Public dans l’oubli. On vous soigne mais qui prend soin du personnel hospitalier ? "

Sur le même sujet

Les + Lus