• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

La Normandie veut mettre en valeur le patrimoine de la reconstruction en créant un label

Le beffroi, la halle, le théâtre et la mairie de Saint-Lô font partie des bâtiments récemment classés aux monuments historiques. Ils ont été construits après guerre.
Le beffroi, la halle, le théâtre et la mairie de Saint-Lô font partie des bâtiments récemment classés aux monuments historiques. Ils ont été construits après guerre.

La Région souhaite mettre en place un label pour valoriser le patrimoine de la reconstruction, l'héritage architectural de l'après seconde guerre mondial, un héritage parfois mal aime et surtout méconnu dans les petites villes.

Par CM

La réflexion est en cours. Les premières annonces pourraient être faites en juin prochain alors qu'on célèbrera le 75e anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie, une période durant laquelle la Normandie a vu nombre de ses villes détruites par les bombardements.

Les années 50 et 60 ont été, pour la région, celles de la reconstruction. "Beaucoup considèrent qu'après le Débarquement, les villes ont été dtéruites et qu'on a oublié notre passé. Il faut à la fois reconstruire le passé et en même temps s'appuyer sur le patrimoine exceptionnel de la reconstruction qui est aujourd'hui méconnu voire rejeté par les populations", affirme Guy Lefrand, vice-président chargé de l’aménagement du territoire. D'où l'idée de la Région Normandie de créer un label "Ville reconstruite".
 

"La reconstruction c'était un projet qualitatif", rappelle Patrice Gourbin, docteur en histoire de l'Art, "Il ne s'agissait pas seulement de restituer ce qui avait disparu mais aussi de faire beaucoup mieux. Donc il y avait aussi un projet artistique, esthétique qui est celui des années 50 et 60." Un projet qui se caractérise aussi, selon l'historien, par "une myridade d'expérimentations, techniques, architecturales et stylistiques, un grand nombre de courants". Et le plus célèbre d'entre eux, c'est sans nul doute celui incarné par Auguste Perret au Havre, dont l'oeuvre archietcturale havraise est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2005.
 

Le Havre n'a bien évidemment pas besoin d'un futur label régional. Ce dernier serait d'avantage destiné aux petites et moyennes villes qui ne disposent pas toujours des moyens suffisant pour rencenser et valoriser ce patrimoine de la reconstruction. "Il a vieilli, il faut aujourd'hui le remettre aux normes sur le plan architectural, sur le plan urbanistique. Il faut également développer un patrimoine culturel et de tourisme tout autour. Il faut redonner envie aux habitants d'y habiter et redonner envie aux touristes de le visiter", plaide Guy Lefrand.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'origine des oeufs de Pâques - avril 2019

Les + Lus