• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Nuit de la chauve souris en Normandie : notre carte pour une balade insolite

La nuit internationale de la chauve souris fête sa 23ème édition cette année. En Normandie aussi il est possible d'observer ces petits chiroptères...

Par Catherine Gauberti

La chauve souris : elle effraie, elle fascine ou elle intrigue mais ne laisse jamais indifférent ! La 23 ème nuit internationale de la chauve souris est une bonne occasion de rappeler tous les bienfaits qu'apporte ce petit mammifère dans nos écosystèmes. Une occasion aussi d'inciter à la bienveillance pour lutter contre la disparition de toutes ces espèces protégées.
Plusieurs rendez-vous sont proposés cette semaine en Normandie et concentrés dans l'ex-Basse Normandie.
 
 
© Groupe Mammalogique Normand
© Groupe Mammalogique Normand


Elle vole avec ses mains et voit avec ses oreilles


Le nom savant de la chauve souris est chiroptère qui vient du grec chiro « main » et ptère « aile » et signifie donc « mains ailées » : tout est dit ! Une fine membrane de peau recouvre les doitgs des membres antérieurs, et donc des "mains", pour former des ailes. Les chauves souris peuvent ainsi voler, elles sont d'ailleurs les seuls mammifères capables de le faire. 
Ces mains ailées servent aussi de protection à la chauve souris. Lorsqu'elle se repose, ses ailes deviennent une grande cape isolante, qui la protège des variations de température.

Contrairement aux idées reçues, les chauves souris ne sont pas aveugles, mais leur vue nocturne n'est cependant pas très performante. Pour se diriger, elles ont un système d'écholocalisation, comparable à un sonar, qui leur permet de voler dans l'obscurité. On peut ainsi dire qu'elles "voient avec leurs oreilles" !
Les chauves souris sont aussi lucifuges, c'est à dire qu'elles craignent la lumière, elle passent donc leurs journées à dormir et leurs nuits à chasser, sans être en concurrence avec les oiseaux.
 

Pourquoi les chauves souris se posent-elles la tête en bas ?

Au cours de l'évolution, la chauve souris a développé ses mains pour s'en servir d'ailes, au détriment du développement de ses membres inférieurs à tel point qu'ils ne sont pas en mesure de supporter son poids. Elle ne peut donc pas se déplacer sur ses pattes arrières, comme les oiseaux. N'ayant pas non plus de plumes, elle ne peut décoller. La solution ? Toujours se poser en hauteur et se laisser tomber, puis ouvrir ses ailes au cours de la chute.
Mais, en dormant tête en bas, elles doivent s'épuiser à se tenir accrochées ? Non, pas du tout, car elles possèdent un tendon particulier qui, en se bloquant, leur permet de rester accrochées sans fatigue.
 


Parmi les 45 espèces vivant en Europe, on en compte 34 en France dont 21 en Normandie : des rhinolophes, des murins, des pipistrelles, des  sérotines, des noctules, des barbastrelles et des oreillards. 
 



Disparition des chauves souris : les principales menaces


De nombreuses chauves-souris sont menacées, les raisons en sont principalement:
  • L’aménagement du territoire : la destruction d’arbres hors forêt, la pollution lumineuse, l’artificialisation et l’homogénéisation des paysages entraînant la disparition des gîtes et des terrains de chasse …
  • La perturbation des gîtes souterrains : le dérangement direct, les mises en sécurité inadaptées, les activités touristiques…
  • La perturbation des gîtes dans les bâtiments : la rénovation des bâtiments publics et privés, les travaux d’isolation et d’entretien la restauration des toitures, le traitement des charpentes, l’éclairage des façades …
  • Les infrastructures de transport : les risques de collision, la rupture des routes de vol, l’entretien et la rénovation des ponts…
  • Les parcs éoliens : les risques de collision ou de barotraumatisme, la rupture des routes de vol …
  • Une gestion forestière inadaptée : la disparition des réseaux de gîtes et des terrains de chasse, homogénéisation des boisements
  • Des pratiques agricoles inadaptées : l’utilisation d’antiparasitaires ou d’insecticides faisant disparaître la ressource alimentaire, la destruction des haies, la coupe d’arbres isolés, l’abandon du pâturage extensif, le retournement de prairies

En raison de leur impact sur les populations d'insectes, dont elles se nourrissent, les chiroptères participent à l'équilibre des milieux naturels. D'autres espèces dépendent aussi de leur présence, on dit qu'elles sont une espèce "parapluie". Il est donc essentiel de les préserver. Des plans d'action ont donc été mis en place, dont la déclainaison régionale normande est en cours sur la période 2017-2025.
 

Des conseils en cas d'urgence


Vous trouvez une chauve souris en difficulté, blessée ou necessitant des soins ou un conseil ?
Une colonie s'est installée chez vous ?
Appelez SOS Chauves souris : en Haute Normandie 02 32 42 59 61 et en Basse Normandie 09 54 53 85 61 
Et pour les premiers gestes à faire ou ne pas faire consultez la page conseils du plan d'action chiroptères

 
© Groupe Mammalogique Normand
© Groupe Mammalogique Normand
 

Vous aussi, devenez un refuge pour les chauves souris

Vous avez des chauves souris dans votre maison ? 
Vous aussi vous voulez contribuer à la préservation des espèces ? Devenez un refuge pour héberger des chauves souris !
Tout propriétaire, public ou privé, peut s'engager moralement, via la signature d'une convention, à respecter des préconisations visant à garantir la conservation d'espaces occupés ou disponibles pour les chiroptères. Nul besoin d'abriter des chauves-souris chez soi pour être signataire.


Le Groupe Mammalogique Normand est le référent local de l'opération portée par la SFEPM au niveau national.

Pour devenir Refuge pour les chauves-souris, il suffit de télécharger la convention et de la retourner complétée et signée en 2 exemplaires à
GMN - 32 route de Pont-Audemer - 27 260 EPAIGNES.

► en savoir plus : plaquette de l'opération "Refuge pour les chauves souris".

► Comment accueillir des chauves souris chez vous ? Téléchargez la plaquette ci-dessous


Construire un nichoir à chauve souris


Vous voulez contribuer à la protection des chauves souris ? Lancez vous dans la construction d'un nichoir. C'est très simple, (plus simple qu'un nichoir à oiseaux).
Téléchargez les plans ci dessous 
© SFPEM (Société Française pour l'Etude et la protection des Mammifères)
© SFPEM (Société Française pour l'Etude et la protection des Mammifères)
 

Tout savoir, ou presque, sur les chauves souris

L'émission "C'est pas sorcier" a consacré une émission aux chauves souris. Alors, si vous voulez en savoir plus, prenez 26 minutes en compagnie de Fred, Jamie, Sabine et La petite voix et cliquez ci-dessous !


 

Les chauves souris protégées par la loi

Détruire des chauves-souris, les capturer, les déplacer ou porter atteinte à leur gîte et/ou leurs habitats est formellement interdit.
Les 34 espèces de chauves-souris présentes en France sont toutes protégées par différentes conventions et lois.

Lois internationales et européennes

  • La Convention de Bonn (23/06/1979) sur la conservation des espèces migratrices (Annexes).
  • La Convention de Berne (19/09/1979) sur la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Annexes).
  • L’Accord EUROBATS (4/12/1991) à propos de la conservation des populations de Chauves-souris d’Europe (Amendement 1 et Amendement 2).
  • La Directive européenne Habitats-Faune-Flore (CEE N°92/43) annexe IV indique que les microchiroptères nécessitent une protection stricte. L’annexe II dresse une liste des espèces d’intérêt communautaire.

Lois Nationales

  • Loi de protection de la nature de 1976 : Toutes les espèces de chauves-souris présentes en France sont protégées.
  • Arrêté ministériel du 23 Avril 2007 (Modifié le 15/09/2012) : Sont interdits sur tout le territoire métropolitain et en tout temps : la destruction, la mutilation, la capture ou l’enlèvement, la perturbation intentionnelle des chauves-souris dans le milieu naturel, le transport, la naturalisation, le colportage, la mise en vente, la vente ou l’achat, l’utilisation commerciale ou non des chiroptères. Sur les parties du territoire métropolitain où l’espèce est présente, ainsi que dans l’aire de déplacement naturel des noyaux de populations existants, sont interdits la destruction, l’altération ou la dégradation des sites de reproduction et des aires de repos des animaux.

source : Plan National d'Actions Chiroptères

A lire aussi

Sur le même sujet

Le Havre / Fise Xperience 2018

Les + Lus