Brexit : Good Bye England, ces Anglais qui deviennent français

© AFP / C Furlong
© AFP / C Furlong

Dans tous les départements français, les dernières cérémonies de naturalisation se ressemblent : le nombre de britanniques qui deviennent français sont ultramajoritaires. Dans l'Orne, en 2018, on dénombre 117 britanniques sur les 141 naturalisations. 

Par Stéphanie Potay

Dix fois plus de naturalisations de britanniques que l'année précédente. L'Orne n'échappe pas à ce vaste mouvement national, la crainte du Brexit est passée par là. " Je suis européenne plutôt qu'anglaise", note une toute récente naturalisée. " C'est un jour qu'on attend depuis 3 ans, c'est la France, beaucoup de dossiers, beaucoup de papiers" renchérissent d'autres anciens anglais, présents hier à la cérémonie d'accès à la citoyenneté, à Alençon (61). 
 
Les anglais naturalisés français
 Reportage Mathieu Van Bellinghen et Bertrand Goulet. 
 

Brexit : ces Anglais qui choisissent la France

France 3 France Télévisions L'instant est aussi furtif que solennel. Suzan et Graham Savage viennent de recevoir leur décret de naturalisation. Devenir français, un choix, mais aussi un message envoyé outre-Manche "parce qu'ils ont décidé de nous quitter, nous la grande famille européenne", admet Graham Savage.


Une implantation ancienne, coup de coeur et sécurité sociale

Les Anglais sont très présents en Normandie,  en 2014, la Basse-Normandie était la 4e région d'immigration des Britanniques , derrière les gros foyers de Dordogne ou encore du Lot. Exemple avec Maureen et Greg Briarty, originaires de Gottigham. Il y a trente ans, ce couple d'Anglais en vacances en Normandie découvre Saint-Pair-sur-Mer (Manche). Ils y achètent leur résidence secondaire avant de s'y installer définitivement à la retraite. Depuis sept ans,  le couple a établi ses petites habitudes dans la commune, mais le Brexit est passé par là.

"C'est une pagaille, on ne sait pas où on en est. On est troublés parce que nous ne comprenons pas ce que sera notre futur en France. L'inquiétude la plus importante c'est notre santé, la Sécurité sociale, on ne sait pas si l'accord sera maintenu entre les deux pays", explique Greg.

 

S'ils ont obtenu une carte de séjour dans l'Hexagone, ils ne sont pas pour autant rassurés sur la sortie de leur pays de l'Union européenne.

"S'il n'y a pas d'accord, on n’aura pas la possibilité de rester ici avec les prix des médicaments par exemple", déplore Maureen.

Anglais à saint-Pair-sur-Mer
Reportage H.Jacques et G. Le Gouic


Depuis le référendum britannique du 23 juin 2016 qui prévoit la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le phénomène de demandes de naturalisation est en hausse importante même s'il reste marginal, si on le rapporte aux 150 000 à 400 000 Britanniques vivant sur le sol français, selon les estimations .


Un changement d'identité qui prend du temps

Les citoyens britanniques – qui ont par ailleurs le droit de conserver une double nationalité – ne choisissent pas uniquement la France comme nouveau pays d'adoption. L'Allemagne, la Suède, la Suisse (non-membre de l'UE, mais dans la zone Schengen), les Pays-Bas e figurent parmi les pays d'adoption prisés. 

La durée d'instruction des dossiers pour obtenir la nationalité française nécessite environ deux ans. Chaque dossier est examiné par le ministère de l'intérieur. Parmi les conditions, il faut, avant toute chose, pouvoir justifier d'une résidence en France pendant les cinq dernières années et fournir un grand nombre de documents : certificats de naissance, de mariage, de même pour les parents du demandeur, extrait de casier judiciaire, diplôme délivré par un organisme de formation au «français langue d'intégration» pour les moins de 60 ans, etc. Point important, les documents doivent être traduits en français par un traducteur assermenté. Après cette première étape, un entretien individuel est réalisé avec un agent de la préfecture pour vérifier «l'assimilation à la communauté française» du candidat à la naturalisation.

Dans ce reportage, 3 anglaises installées en France se lançaient dans la procédure dès 2016, peu après cette "brisure sortie des urnes", appellée Brexit: 
3 angalises demandent la nationalité française dès 2016
Reportage P-M Puaud, Quantin Cézard et Hélène Goutany.  

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus