• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

La Ville d'Argentan veut redonner vie à la maison d'enfance de Fernand Léger

La ville d'Argentan veut notamment redonner son aspect d'origine au jardin de la maison d'enfance de Fernand Léger, peint dans le tableau "Le jardin de ma mère"
La ville d'Argentan veut notamment redonner son aspect d'origine au jardin de la maison d'enfance de Fernand Léger, peint dans le tableau "Le jardin de ma mère"

Située au 6 rue de l'Hôtel de Ville, la maison d'enfance du peintre est à l'abandon depuis plusieurs années. La Ville d'Argentan vend une partie du bâtiment et et prévoit d'en transformer une autre partie en espace pédagogique.

Par Christophe Meunier

Rendre hommage à l'enfant du pays, c'est le coeur même du projet porté par la Ville d'Argentan qui a vu naître un des pères du cubisme. La maison dans laquelle Fernand Léger a grandi auprès de sa mère est à l'abandon depuis plusieurs années. La Ville souhaite la réhabiliter, en redonnant notamment au jardin son aspect d'origine, celui que l'artiste a peint sur le tableau intitulé "Le jardin de ma mère". Le rez-de-jardin serait transformé en espace pédagogique autour de l'oeuvre de Fernand Léger.

L'autre volet de ce projet consiste à revendre les deux étages de la maison. Mais pas à n'importe qui et surtout pas pour faire n'importe quoi. "Nous lançons en quelque sorte un concours de projet", explique François Jean, directeur services techniques d'Argentan, "On souhaite avoir quelqu'un disposant, évidemment de moyens financiers, qui puisse se positionner en tant que mécène mais qui puisse aussi apporter un projet original, qu'il se sente concerné par l'art de manière générale, la culture et qu'il puisse faire quelque chose avec la collectivité d'Argentan".


Reportage de Stéphanie Potay et Nicolas Corbard
Intervenants:
- Laure Dupont, maire-adjointe déléguée au tourisme
- François Jean, directeur services techniques d'Argentan

La Ville d'Argentan veut redonner vie à la maison d'enfance de Fernand Léger

 

Sur le même sujet

Armada : portrait de Samuel de Champlain

Les + Lus