• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Bernard Sainz, le “docteur Mabuse” est sorti de prison

Bernard Sainz, le 4 juillet 2017 au tribunal correctionnel de Caen / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Bernard Sainz, le 4 juillet 2017 au tribunal correctionnel de Caen / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le soigneur d'Almenêche était en détention provisoire dans le cadre d'une affaire de dopage. A 75 ans, il est sous la menace d'une nouvelle incarcération. La cour d'Appel de Caen rendra son jugement dans un autre dossier en lien avec le cyclisme.

Par Pierre-Marie Puaud

Bernard Sainz fait décidémment l'objet de toutes les attentions de la justice. Le fameux "docteur Mabuse" - c'est ainsi qu'on le surnomme dans les pelotons cyclistes - est poursuivi dans le cadre de l'enquête ouverte après les révélations de Cash Investigation en 2016 sur le dopage dans le cyclisme amateur. Il est mis en examen pour "exercice illégal de la médecine" et "incitation à l'utilisation par des sportifs de substances dopantes"
 

"Cash Investigation". Dopage : ça roule toujours

Bernard Sainz, le "docteur Mabuse" du cyclisme professionnel, n'a jamais été condamné pour faits de dopage. Les équipes de "Cash Investigation" sont en mesure de prouver que, à 72 ans, loin d'être retiré des affaires, il continue de prodiguer ses "soins" à des sportifs de haut niveau.

Un contrôle judiciaire "très strict", une "entrave à sa liberté"


En octobre dernier, il avait été incarcéré à Fleury-Mérogis pour n'avoir pas réglé les 30 000 € comme l'exigeait son contrôle judiciaire. Après quatre mois de détention provisoire, le maximum prévu pour ce genre d'affaire, il a retrouvé l'air libre samedi dernier. Mais pourra-t-il respecter à la lettre les nouvelle clauses imposées par les magistats ? Son avocat déplore un contrôle judiciaire encore "très strict". Me Hector Bernardini parle même d'une véritable "entrave à sa liberté".
 


Une autre menace d'incarcération plane sur Bernard Sainz. Le mercredi 27 février, la cour d'Appel de Caen doit rendre son jugement dans le cadre d'un autre dossier de dopage, l'affaire dite Medi 14. En première instance, le docteur Mabuse avait écopé d'une peine de neuf mois de prison ferme. Le 12 décembre dernier, à l'issue de son procès en appel, le substitut du procureur a requis une peine encore plus lourde de trente mois de prison dont douze avec sursis. Et il a demandé que la peine soit assortie d'un mandat de dépôt.
 




 

Sur le même sujet

La Fédération de la Chasse 14 : une bonne année

Les + Lus