Cet article date de plus de 4 ans

Camembert: quand la résistance aux industriels passe par la qualité

Chaque jour 1 millions de camemberts sont produits en Normandie et seulement 50 000 d'entre eux sont d'appellation d'origine protégée soit 5 %. Une AOP qui permet aux producteurs reconnus de valoriser leurs produits et de ne pas connaître la crise.
La ferme du Champ secret, dans l'Orne, produit chaque jour 600 camemberts bio, fermier et AOP
La ferme du Champ secret, dans l'Orne, produit chaque jour 600 camemberts bio, fermier et AOP
Alors que de nombreux éleveurs laitiers, emmenés par la FNSEA et les JA, ont engagé depuis la semaine dernière un bras der avec Lactalis pour obtenir un prix du lait qui leur permettent de couvrir leurs coûts de production, certains ont réussi à échapper à la crise en choisissant une autre voie. "Pour moi, les choses étaient prévues: quand on nous a nnoncé dés 95 la suppression des quotas, on savait bien en même temps que l'espérance de production serait aussi comprimée par le prix, le prix du marché qui s'alignerait sur le prix du pays qui peut produire le moins cher", explique Patrick Mercier.

Sa ferme située à Champsecret produit 600 camemberts par jour. Ses fromages, fabriqués au lait cru, non pasteurisé et moulé à la louche, sont à la fois Bio, AOP et fermier. L'éleveur valorise ainsi son lait à 75 centimes le litre quand Lactalis paye aux éleveurs 25 centimes du litre.

Problème: les industriels jouent sur la confusion des appelations. Le camembert DE Normandie, fabriqué avec du lait cru, bénéficie de l'appellation d'origine protégée, contrairement au camembert fabriqué EN Normandie, un label apposé par les industriels sur leurs fromages produits au lait pasteurisé.

Patrick Mercier, également président de l'association de défense et de gestion du camembert de Normandie, s'était attaqué à cette dénomination il y a quelques années. Sans résultat, compte tenu de la pression industrielle. Il repart aujourd'hui à la charge mais sous un angle différent. Il prône la création d'une indication géographique protégée (IGP). "L'idéal ce serait de faire progresser le niveau du "Fabriqué en Normandie" pour m'attacher à signe officiel de qualité", explique le producteur de camemebert, "l'IGP donnerait une notion de vérité, elle garantirait au consommateur qu'il y a un minimum de cahier des charges derrière. Actuellement, il n'y en a pas".

Aujourd'hui, 1 millions de camemberts sont produits quotidiennement en Normandie. Seulement 50 000 d'entre eux sont d'appellation d'origine protégée soit 5 % de la production normande.

Reportage de Nicolas Corbard et Damien Migniau
Intervenant:
- Patrick Mercier, producteur de camembert à Champsecret et Président de l'association de défense et de gestion du camembert de Normandie

durée de la vidéo: 02 min 30
Camembert: quand la résistance aux industriels passe par la qualité


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie