Orne : Dans la vallée de la mort, la friche du Plat-Fond bientôt démolie

A Sainte-Honorine-la-Chardonne. l'entreprise Ferlam Technologies, désaffectée depuis 2005, est encore infestée d'amiante. L'agglomération de Flers a décidé de lancer une étude pour le désamiantage et le traitement du site. Retour sur une histoire humaine difficile.
A Ste Honorine la  Chardonne, le site abandonné de l'usine Ferlam Technologies continue de disséminer de l'amiante dans l'air, la terre et l'eau environnants.
A Ste Honorine la Chardonne, le site abandonné de l'usine Ferlam Technologies continue de disséminer de l'amiante dans l'air, la terre et l'eau environnants. © France 3 Normandie

Le site a été désamianté partiellement. A quelques mètres de la Vère, Ferlam Technologies, usine d'isolants thermiques faisait travailler ses salariés sur des produits contenant de l'amiante pour Ferrodo.

On connait le drame humain que cette vallée de Condé -Flers a vécu dans les années 90  où de nombreux ex-salariés des entreprises Valéo, Honeywell et  Ferrodo, décédés de mésothéliome, un cancer de la plèvre lié à l’exposition aux poussières d’amiante. Alors que les usines sont fermées, l'usage de l'amiante interdit, dans cette région de l'Orne, 40 à 50 personnes décéderaient chaque année de cette pollution insidieuse de l'air, du sol et des eaux de la région. 

Aujourd'hui, le site est désaffecté mais pas toujours abandonné. Quelques petits malins l'ont utilisé comme garage sauvage, ou même comme lieu de tournage de clip. Ici, même si la nature a aujourd'hui repris possession des lieux, les traces d'amiante sont partout dans l'air, la terre et l'eau.

Le site de l'usine Ferlam Technologie va faire l'objet d'une étude pour son désamientage.
Le site de l'usine Ferlam Technologie va faire l'objet d'une étude pour son désamientage.

Propriété de la commune de Saint Honorine la Chardonne, l'ex usine Ferlam Technologies appartient désormais à Flers Agglo. En juin dernier il a été décidé de démolir le site après l'avoir préalablement désamienté. Une enveloppe de 200 000 euros a été débloque pour réaliser l'étude de faisabilité. Une mesure que les membres de l'ALDEVA ( association locale de défense des victimes de lamiante ) demande depuis près de 16 ans. 

Ce qu'on demande, c'est que le site soit déconstruit, et les matériaux évacués. On ne voulait pas que les travaux soient à la charge du contribuable au départ, mais on n'a malheureusement pas le choix. Lors de notre dernière réunion avec le maire de Flers, Yves Goasdoué, il évoquait qu'une partie du site pourrait intéresser un repreneur. Si c'était la cas, ça obligerait l'Etat à nettoyer le lieu." déclarait  à nos collègues de l'Orne Combattante,  Jean Claude Barbé, Président de l'ALDEVA Condé-Flers.

Désamianter un site est à la fois compliqué et coûteux. Les industriels qui ont exploités les nombreux sites qui longent le Noireau n'ont pas toujours joué le jeu du nettoyage, préférant laisser ces sites tombés dans l'oubli. Les ministres de l'environement sont régulièrement interpellés par les associations ou les députés ornais, rien n'y fait. Le nettoyage des sites de la Vallée de la Mort n'avance pas.

Reportage d'Aymeric Danis et Thierry Cléon avec la participation d'Emmanuel Le Secq, maire de Ste Honorine la Chardonne et deNathalie Gomariz, restauratrice 

 

durée de la vidéo: 01 min 36
Orne : Dans la vallée de la mort, la friche du Plat-Fond bientôt démolie

Que l'agglomération de Flers prenne en charge un site industriel pour le faire nettoyer serait une bonne chose. Le maire de Saint Honorine la Chardonne, Emmanuel Le Secq,  espère que cela se fera rapidement comme tous ses admistrés. Chaque bonne nouvelle est bonne à prendre même si le problème de l'amiante dans l'air, la terre et l'eau que respirent les habitants de l'agglomération de Flers est loin d'être terminé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société environnement