• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Près de Flers, une épicerie 100% circuit court vient d’ouvrir

La Halte Paysanne vient d'ouvrir ses portes à Saint-Georges-des-Groseillers / © F3 Normandie
La Halte Paysanne vient d'ouvrir ses portes à Saint-Georges-des-Groseillers / © F3 Normandie

La Halte Paysanne propose des produits qui ont tous fait moins de 40km avant d’arriver dans ses rayons. 300m² de circuits courts et un pari : rapprocher les producteurs des consommateurs.

Par Layla Landry

Ici, vous pourrez manger "responsable" mais surtout local. Car ce jeudi matin, la Halte Paysanne accueille ses premiers clients. A Saint-Georges des Groseillers, neuf co-fondateurs ont ouvert une épicerie « 100% circuit court ».

Mieux vivre de sa production


Dans les rayons non seulement des légumes et des fruits mais aussi de la viande, du poulet, des produits laitiers et du cidre. En somme, tout ce qu'il faut pour remplir son caddie. A l’origine du projet, une volonté simple : permettre aux producteurs qui se sont lancés dans l’aventure de vivre correctement de leur production. « La vente directe nous permet de mieux vivre de nos produits, de limiter les marges qui sont faites derrière et en plus, il n’y a pas meilleurs que nous pour donner des conseils sur nos produits » explique Joseph Robert, maraîcher installé à Caligny, à moins de 10km.

Ainsi, le produit qui aura parcouru le plus de distance pour terminer sur les étals n’aura fait que 40km. On pourrait difficilement faire plus direct. « L’idée c’est que le territoire soit vraiment en mouvement grâce à nous » ajoute Joseph Robert avant de préciser « Et il n’y a pas que du bio ! Nous avons mélangé le bio et le local car l’idée c’était aussi de casser ces frontières ».

En 1970, 400 000 exploitations en circuit-court


La vente de produits en circuit court n’a en fait rien de nouveau, mais depuis quelques années elle retrouve de belles couleurs. Dans un contexte de mondialisation, les consommateurs veulent retrouver ce lien parfois perdu avec les producteurs. Dans les années 1970, il y a près de 400 000 exploitations qui vendent directement leur production. En 2010, ce chiffre passe quasiment sous la barre des 100 000 (source : ADEME). A partir de 2014, « le nombre de points de vente augmente : on recense 600 à 1200 marchés producteurs » selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Mais ce sont les grandes surfaces qui se taillent encore la plus grande part du gâteau avec 65,5% des ventes en euros de produits alimentaires. Pour le maraîcher de la Halte Paysanne, « il faut que les gens se rappellent que les bons produits sont aussi à côté de chez eux et c’est cela que l’on propose : une nouvelle façon d’acheter. »

Sur le même sujet

Johnny Clegg en concert pour les 10 ans du Mémorial de Caen

Les + Lus